ACTUALITES

RAPPEL A DIEU DE LIBASSE NIANG : Les derniers instants du poète

today8 avril 2023 50 4

Arrière-plan
share close

Les derniers instants du poète

Sokhna Manatou Lahi, la fille du poète Libasse Niang,  revient sur la peste qui sévissait à l’époque. Ses parents habitaient Malika où beaucoup de personnes venaient lui rendre visite. A un moment donné, sa maman, Sokhna Ami Thiam tombe malade après avoir senti de la fièvre avec une chaleur émanant de tout son corps. Elle sut qu’elle venait d’être contaminée. Elle demanda à Libasse d’en informer les autorités pour qu’elle soit mis en quarantaine étant entendu que la maladie est contagieuse. Elle lui demanda également de prendre avec lui leur fille Manatou pour qu’elle soit sauve. « Non, lui dit Libasse Non seulement tu vas faire téter ta fille mais personne ne l’éduqueras à ta place ». Et le poète d’ajouter que, « Par la grâce de Seydina Limamou Lahi (PSL), Dieu a fait que je peux récupérer la chaleur qui est en toi ».

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il l’étreignit très fort pendant quelques minutes. Son corps se refroidit immédiatement. Quoi qu’il en soit, Sokhna Ami Niang réitéra sa demande de voir Libasse partir avec sa fille loin d’elle pour ne pas la contaminer. Il refusa catégoriquement en jurant : « S’il plaît à Dieu et par la grâce de Baye Lahi aleyhis salam, c’est toi-même qui va éduquer ta fille ».

Sokhna Mantou Laye Niang, fille du chanteur Libasse Niang.

Au finish, toute fa famille est internée à ce qui allait devenir l’hôpital Aristides le Dantec. Libasse était dans la salle réservée aux hommes alors que son épouse et sa fille étaient dans celle des femmes. Souvent Sokhna Ami Thiam parvenait à rendre visite à son mari. Dès fois, l’accès lui était refusé. Elle était également dans l’incapacité de donner le sein à sa fillette. Pas plus que le biberon préparé et posé à son chevet.

Un jour, Boubou Pène, demi-frère de Libasse Niang, lui rend visite mais l’accès lui est refusé à la grande surprise de Sokhna Ami Thiam. Boubou Pène revint le lendemain. C’était un dimanche aux environs de takussaan. On lui dit que Libasse Niang s’est éteint. Il alla de ce pas en informer son épouse qui était juste à côté. On informa également Seydina Issa Rouhou Lahi (PSL). Ce dernier de dire « C’est maintenant que Libasse va savoir que mon père n’a pas d’égal ». En référence à son premier poème « Baye Laye Amoul Maas ».

Sélou Laye BA

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non