CHRONIQUES

TRIBUNE DU VENDREDI N°110 : Un message à mes frères et sœurs Ahloulahi de la Communauté

today24 février 2023 118

Arrière-plan
share close

Un message à mes frères et sœur Ahloulahi de la Communauté

Au centenaire de l’Appel de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (anleyhi salâtou wa salâm) survenu en 1401 de l’hégire (1981), l’initiateur de la célébration à savoir le déterminé troisième Khalif « Al Moujaddid wa Sâhibu Zamânihi » (rénovateur et Maitre de son Temps) El Hadji Seydina Isssa Lahi communément appelé « Baye Seydi Thiaw Lahi Sangoup Jamono » déclarait à qui voulait l’entendre : « Maam Limaamu Lahi wooteem ba amna teemeeri at, lii dootu deññ… » ; ce qui signifie que l’Appel de Mame Limamou Lahi a déjà vécu un siècle et plus personne ne pourra enlever ce fait.

Aujourd’hui, la communauté Ahloulahi avec à sa tête un autre visionnaire doublé de stratège à savoir le sixième Khalif, Seydina Mouhamadou Makhtar Lahi ibn Seydina Mandione Lahi (deuxième Khalif), vient de célébrer le Cent Quarante Troisième (143ème) Anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Lahi (asws).

Voilà donc 143 ans, par la grâce d’Allah, depuis que le saint-maitre, « Yaakaari Jaam Ñi », Seydina Limamou Lahi « Al Moukhtâr wa Seyidil Anlamîn » s’est dressé à Yoff, le village le plus à l’extrême-ouest du continent africain, pour lancer la célèbre invite : « Ajîbû dâ’iya lâh yâ ma’sharal in-si wal jinni innî rassûlu lâhi ileykoum » (Venez répondre à l’Appel de Dieu ô Hommes et Djinns, je suis le messager qui vous est envoyé. Et pour la 43ème fois consécutive depuis que le troisième Khalif Baye Seydi Thiaw Lahi « Sangoup Jamono » a initié la cérémonie commémorative de cet Appel, nous avons répondu en masse à Seydina Limamou Lahi (asws) et avons encore, par la même occasion, renouvelé notre serment d’allégeance gage de notre foi dans sa mission messianique.

Au début de sa mission le nombre de fidèles qui lui firent allégeance dépassait difficilement le célèbre nombre appelé « jaysun » correspondant à 313. Aujourd’hui, les membres ayant adhéré à sa communauté, les AHLOULAHI (Partisans d’Allah) ont facilement dépassé le million. Ce qui montre la ténacité dans la foi dont ont fait montre ses disciples, mais aussi le travail colossal qui a été abattu par chacun des différents Khalifs qui se sont succédé à la tête des Ahloulahi et aidés dans leur mission par les « Moukhaddams », les imams et autres missionnaires qui ont prêché la doctrine du saint-maitre (asws) partout sans retenu ni complexe. Pourtant la tâche n’a jamais été facile ni pour le fondateur de notre communauté, ni pour ses successeurs et ses fidèles qui ont de tout temps vécu des moqueries et toutes sortes d’exaction de la part d’âmes simples d’esprits et autres esprits de petite lumière.

Déjà dès 1887, ils avaient usé de ruses en le mettant en mal avec les autorités coloniales en allant jusqu’à prétendre que le meilleur des Ahloulahi rassemblait une armée pour mener le jihad contre eux alors que lui recommandait dès les premières heures de son “dahwa” : «innî amurum bi jihâdi nafs ». Pour dire qu’il ne nous ordonne pas de pratiquer le jihâd avec les armes mais plutôt de combattre notre “nafs”, cette entité qui pousse l’humain à violer les règles du Seigneur et à commettre des péchés.

Toutefois, ces accusations avaient conduit à son arrestation en septembre 1887 après qu’il s’est lui-même livré à eux. Il déclarait alors à ces centaines de concitoyens qui l’avaient cherché en vain pendant 3 jours pour le livrer aux colons sur instruction de ceux-ci : « Me voici, je me livre à vous mes frères et parents …Allons maintenant rencontrer ceux que vous croyez être capables de freiner ma mission ! » Le résultat, nul ne l’ignore : Seydina Limamou Lahi (asws) rentra auprès des siens, sain et sauf après la tentative avortée de déportation menée contre lui vers la triste et redoutable « Wiir-Wiir » où furent sacrifié nombre de puissants résistants africains.

Lui, le meilleur des Ahloulahi avait en toute confiance déclaré devant la foule composée de fidèles, de curieux et autres individus hostiles à sa mission venus au port de Dakar pour le voir une dernière fois avant qu’il n’embarquât dans le bateau devant le porter loin de sa terre natale de « Ndakaaru » : « Si [depuis le quai où vous vous trouvez] vous ne voyez plus le mât du bateau qui doit m’emmener à Wiir-Wiir, sachez que je ne suis pas le prophète Mouhamad !» Or, une fois que le bateau – dénommé « Cap-Lopez » selon le professeur-moukhaddam Assane Sylla – arriva aux environs de la célèbre île de Gorée qui avec celles de Yoff et Ngor et l’îlot Sarpan forment les quatre îles prédites pour entourer la terre où naitrait l’Imam Al Mahdi Al Mountazar (cf. Musnad de l’Imam Ahmad), ses moteurs s’éteignirent soudainement sans aucune explication logique.

Après plusieurs heures et plusieurs tentatives de réparation toutes vaines, ses geôliers, toute honte bue, se résolurent à finalement l’emprisonner à la prison située sur cette île. Depuis le quai du port, la foule assista à la scène au grand bonheur de ses disciples qui y virent un énième fait confirmant sa mission et à la grande désillusion de ses ennemis.

C’est vous rappeler ou vous dire tous les efforts consentis par ceux qui se sont opposés à la mission de Seydina Limamou Lahi (asws) et qui ont tout tenté pour tuer dans l’œuf sa mission prophétique sans jamais, hélas, réussir dans leur dessein. D’autres guides religieux encore, très puissants et dotés d’une érudition sans commune mesure – les plus grands à l’époque d’ailleurs – étaient venus le rencontrer pour se mesurer à lui, l’illettré n’ayant jamais fréquenté aucun « daara » et qui a déclaré être le prophète Mouhamad revenu dans une seconde mission terrestre. Et aucun d’eux n’a pu rentrer chez lui dans la mesure où dès qu’ils posaient les yeux sur Seydina Limamou Lahi (asws), hélas ils oubliaient tout ce qu’ils avaient acquis comme savoir et devenaient tous ignorants devant lui. Seydina Limamou Lahi (asws) avait tout simplement soufflé en direction des plus téméraires d’entre ces « fooré » qui avaient osé le défié et aussitôt ils tombèrent raides-morts. Et après quelque temps, le saint-maitre les effleurait avait sa célèbre couverture que jamais mille hommes forts n’ont pu soulever et soudain il les ramenait à la vie. Ils finissaient tous par s’agenouiller devant lui pour lui prêter serment d’allégeance.

C’est d’ailleurs ce fait qui a dissuadé nombre de guides de l’époque qui étaient tentés par l’idée de venir attaquer Seydina Limamou Lahi (asws). Aujourd’hui, de jeunes pseudo oustaz ayant à peine mémorisé le Coran et appris quelque savoir islamique se permettent de rejeter d’office la mission de Seydina Limamou Lahi (asws) sans avoir au préalable fourni l’effort de l’étudier comme le souhaite la démarche intellectuelle. On ne verra jamais un disciple de Cheikh Oumar Al Foutiyou ou de Cheikh Ahmad Bamba ou de Cheikh Sidy El hadji Malick Sy ou de Cheikh Abdoulaye Niasse ou de Cheikhna Cheikh Sadbouh ou de Cheikh Amary Ndack Seck ou de Cheikh Bouh Kounta émettre des propos discourtois envers le saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws) et sa communauté dans la mesure où leurs guides ont tellement bien assuré leur « tarbiya ». C’est pourquoi ceux d’entre les disciples respectifs de ces grands noms de l’Islam dans ce pays qui n’ont pas reçu de preuves pour étayer la mission prophétique de Seydina Limamou Lahi (asws) préfèrent garder le silence sur la question pour ne pas heurter la sensibilité de leurs concitoyens, frères et sœurs en l’Islam appartenant à la communauté Ahloulahi. À ceux d’entre eux qui seraient réellement intéressés pour mieux connaitre Seydina Limamou Lahi (asws), on peut prendre la peine d’apporter des arguments justifiant sa mission prophétique.

Par contre, ceux dans ce pays, cachés sous l’anonymat total et ceux établis lâchement à l’étranger qui osent traiter les Layènes d’hérésie, de « yéefer » et de futurs pensionnaires des geôles de l’Enfer ne sont pas issus du modèle éducatif religieux instauré par nos guides religieux dans ce pays et qui est basé sur la paix et le respect de la croyance d’autrui. Ils sont les produits d’un islam venu d’ailleurs, intolérant très virulent et très extrémiste qui a déjà détruit des pays entiers, brulé et massacré des millions de musulmans innocents y compris des enfants à travers le monde sous couvert d’un puritanisme qui n’a vraiment rien à voir avec l’enseignement prophétique. Ils ont le cœur rempli de haine sans aucune raison valable. Ils sont semblables à ceux dont le Coran disait :

{ خَتَمَ ٱللَّهُ عَلَىٰ قُلُوبِهِمۡ وَعَلَىٰ سَمۡعِهِمۡۖ وَعَلَىٰۤ أَبۡصَـٰرِهِمۡ غِشَـٰوَةࣱۖ وَلَهُمۡ عَذَابٌ عَظِیمࣱ }

« Allah a scellé leurs cœurs et leur ouïe; et un voile épais leur couvre la vue; et pour eux il y aura un grand châtiment.«[Sourate AL-BAQARAH: 7]
Donc essayer de leur apporter la réplique n’est que perte de temps.

À ceux-là qui nous promettent l’enfer, nous leur disons être déjà prêts depuis belle lurette à y aller si c’est cela la récompense réservée à ceux qui ont foi dans la mission prophétique de Seydina Limamou Lahi (asws). Nous tenons aussi à préciser que Seydina Limamou Lahi (anleyhi salâtou wa salâm) qui est aujourd’hui, pour nous autres Ahloulahi, la réincarnation du prophète Mouhamad, comme il l’a si bien précisé :

Gënël na nu sunuy ndey, gënël na nu sunuy baay
Té moo gën sunuy maam, gënël nuy junni.

Autrement dit, nous préférons Seydina Limamou Lahi (asws) à nos parents (père, mère, grands-parents) et à toute forme de richesse sur cette Terre !

Depuis que nous croyons en lui (asws) nous nageons dans un bonheur indescriptible pour la simple raison qu’il a lavé nos cœurs de toute haine, de toute violence, de tout soucis, de toute ignorance, de tout “shirk” et les remplis d’amour, de paix, de quiétude, de foi et de “tawhiid”.

Nous rendons grâce à Allah de l’avoir mis sur notre chemin.

Nous adressons nos « ziarra » et félicitations au Khalif Seydina Mouhamadou Makhtar Lahi, à ses frères et à toute la communauté Ahloulahi pour grande réussite de l’organisation des festivités marquant le 143ème Anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi (asws).

Nous prions Allah de nous accorder une longue vie dans laquelle nous croirons de manière sincère et inconditionnelle en Son Messager, la meilleure des créatures, Seydina Limamou Lahi (asws) et de préserver cette foi au moment où nous devrons quitter ce monde.

Que paix, salut et bénédictions soient éternellement renouvelés sur le saint-maitre Seydina Limamou Lahi Al Moukhtar wa Seyidil Anlamin !

Maam Limaamu Lahi moo gën fii ak fa nu jëm !

Par Chérif Alassane Lahi Diop “Sibt Sâhibou Zamâne”,
Analyste politique et économique,
Expert en Commerce et Management des Affaires Internationales,
Secrétaire Général de Vision 129.

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non