CHRONIQUES

TRIBUNE DU VENDREDI N°120 : Un hommage à Serigne Ablaye

today14 juillet 2023 119 1

Arrière-plan
share close

Un hommage à Serigne Ablaye

Fils de Seydina Issa Rohoulahi (premier Khalif des Ahloulahi) et de Sokhna Ngane Diop, Seydina El Hadji Abdoulaye Thiaw Lahi naquit en 1926. Sa naissance avait apporté beaucoup de joie et d’espoir à son illustre père, fils ainé du saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws), et au reste de la famille pour plusieurs raisons.

D’abord, plusieurs années avant cette naissance, Seydina Limamou Lahi (asws) avait promis à Seydina Issa, un fils du nom de « Abdoulâhi » (le serviteur de Dieu) qui serait le porte-voix, le missionnaire qui exporterait sa « rissâla » partout dans ce pays et même au-delà à travers les générations. Ensuite, avant cette naissance, Seydi Rohoulahi (as) avait déjà perdu tous ses fils, rappelés à Dieu à très bas âge. Parmi eux, il y avait celui à qui il avait donné le prénom de son père Mame Libasse et aussi Mandione Lahi qui portait le prénom de son jeune frère et futur successeur Seydina Mandione Lahi. Après ces pertes successives, Seydina Issa Rohoulahi (as) était resté longtemps sans avoir un autre fils à tel enseigne qu’il avait commencé à former d’autres proches pour en faire ses héritiers en attendant la matérialisation de la prédiction de son illustre père (asws).

Le prénom Abdoulahi, il faut le souligner, a été donné à d’autres enfants de la famille du saint-maitre avant lui. Mais tous ceux-là furent rappelés à Dieu très tôt. D’ailleurs, aussi bien Seydina Issa que Seydina Mandione avaient déjà, chacun auparavant, perdu un fils dénommé Abdoulahi. Conscient, du rôle que ce fils devra jouer plus tard dans la mission de son grand-père (asws), Seydina Issa Rohoulahi (as) ne ménagea aucun effort pour lui transmettre le gout du savoir. C’est pourquoi dès que le jeune Abdoulahi Thiaw fils de Seydina Issa eut l’âge de fréquenter un « daara », son père l’y envoya aussitôt pour démarrer l’apprentissage de l’alphabet arabe et l’initiation au Coran. L’objectif étant qu’il mémorisât rapidement tout le livre saint.

Plus tard, Seydina Issa le confia tour à tour à des hommes de confiance pour l’initier aux sciences religieuses. Il s’assura de faire de lui un érudit pluridisciplinaire ayant très tôt assimilé un grand volume des célèbres ouvrages islamiques et la totalité des écrits des Cheikhs de notre communauté. À l’époque, c’est Tafsir Ibrahima Mbengue, Baye Mody Thiané Sall, etc. qui animaient les causeries religieuses dans la communauté Ahloulahi. Mais quand arriva le moment où Serigne Ablaye, celui que tous attendaient, devait démarrer sa mission, ils comprirent tous qu’il était temps de lui rendre le témoin. Et la transition se fit tout naturellement sans heurt aucun.

À l’occasion de sa première sortie officielle en tant que prédicateur, Serigne Ablaye avait séduit très facilement son auditoire par son éloquence, l’immensité de ses connaissances et sa maitrise des écrits anciens relatant l’avènement de l’Imam Al Mahdi Al Mountazar et de Seydina Issa Ibn Maryam à la Fin des Temps. Son père Seydina Issa qui était au califat en fut très fier et heureux à la fois. Il l’accompagna par ses prières et lui rappela sa mission, ce que son grand-père Seydina Limamou Lahi (asws) attendait de lui. Entre temps, Serigne Ablaye effectua le service militaire. Il appartenait, d’ailleurs à la même classe de soldats qu’un certain Abdoulaye Wade qui, plus tard, deviendra le 3ème Président de la République du Sénégal. Quand, son père fut au crépuscule de sa vie, il envoya quelqu’un pour aller chercher Serigne Ablaye.

À l’époque, il était en mission à Saint-Louis avec son détachement. Il rapporte lui-même que quand il arriva dans la chambre où se trouvait son père et qu’il vit combien il était gagné par la maladie, il ne put s’empêcher de verser quelques larmes. Quand son père le remarqua, il le consola et lui annonça qu’il avait bien rempli sa mission terrestre. Il ne manqua pas de lui rappeler encore la prédiction que Seydina Limamou Lahi (asws) avait fait sur lui (Abdoulahi) ainsi que le rôle qu’il devrait jouer dans la diffusion de son message et sa mission prophétique.

Quelque temps après, il perdit son père en 1949. Cela le laissa dans une grande tristesse, mais n’ôta pas de son esprit l’importance de la grande mission qui l’attendait. En effet, il comprit que le rappel à Dieu de son père marquait aussi le début de sa mission en tant qu’exportateur du message de « Al Moukhtâr » (l’élu, un des qualificatifs de Seydina Limamou Lahi). Serigne Ablaye était alors âgé de 23 ans. Son oncle paternel, Seydina Mandione Lahi succéda à son père en tant que 2ème Khalif à la tête des Ahloulahi.

Quelques temps après son accession au califat du meilleur des Hommes, Seydina Mandione installa les bases des institutions qui allaient accomplir les plus grandes réalisations de la communauté Ahloulahi. Aussi, créa-t-il, dès 1952, un organe central dénommé « Groupement Central » chargé de matérialiser sa vision et de traduire en actes concrets sa volonté. Plus tard, en 1968, Seydina Mandione créa une instance fédérale chargée de la coordination et de la gestion des activités religieuses des fidèles : il s’agit de la « Fédération des Dahiras Layènes du Sénégal ».

Une des premières mesures que Seydina Mandione avait prises, à l’aube de son accession au « Khilafah » a été d’appeler son jeune neveu Serigne Ablaye à ses côtés ; faisant de lui son homme de confiance, son assistant et même son porte-parole. À partir de là, Seydina Mandione, dont le poids de l’âge limitait ses déplacements, l’envoyait souvent pour le représenter et porter son message à l’occasion des événements religieux. Progressivement, Seydina Mandione dans sa grande sagesse et son esprit unificateur, confia l’organisation des cérémonies religieuses et des « dahiras » à Serigne Ablaye.

À titre d’exemple, il le chargea d’animer la causerie à l’occasion des cérémonies commémoratives du rappel à Dieu de Seydina Limamou Lahi (asws) et celui de Seydina Issa Rohoulahi (as) appelées « nianes » ainsi que le nuit de la Korité qui, à l’époque était le plus grand événement de la communauté Ahloulahi. Pendant, les prières d’Eid, Seydina Mandione Lahi le chargeait de traduire le sermon qu’il avait prononcé après avoir dirigé l’office, en wolof pour mieux faciliter la compréhension de tous. Et, à l’occasion, on pouvait percevoir la grande complicité entre ce « père » (Seydina Mandione) et son « fils » et protégé. Quand Seydina Mandione Lahi autorisa que le « Gamou » marquant l’anniversaire de la naissance du prophète Mouhamad (asws) quitte le « ëttu Mame Babacar Lahi » pour se tenir à la place publique dite « préau bi » pour réunir tous les fidèles de la communauté Ahloulahi, il en confia l’animation à Serigne Ablaye. Et ce dernier s’est révélé être le plus grand « animateur de Gamou » que cette communauté n’ait jamais connu.

En effet, il avait une façon bien singulière d’animer le Gamou à Yoff en ce sens qu’il prenait un réel plaisir à nous raconter les péripéties emblématiques de la naissance du sauveur Seydina Mouhamad (psl) dans les contrées désertes de l’Arabie païenne avec tous les miracles qui se sont déroulés en cette nuit. Ensuite, il marquait une pause pour laisser le soin à ses troupes, ses soldats, ces hommes et femmes de la fédération des dahiras Layènes de jouer leur partition en déclamant à l’unisson la formule de l’unicité divine « Lâ ilâha illâ Allah » au rythme des claquements de doigts (diaayou) des fidèles partisans d’Allah. Puis, une fois que le nom d’Allah avait suffisamment rempli le cœur de tous les fidèles, les troupes du Général « aux 50 étoiles » – symbolisant ses 50 ans de mission à la tête des « dawâhir » – enchainaient avec des paroles dithyrambiques en l’honneur du Saint-maitre Seydina Limamou Lahi Al Mahdi Al Mountazar (psl).

Enfin, une fois bien revigoré, Serigne Ablaye reprenait la parole pour cette fois-ci tenter avec brio de faire le parallèle entre les « deux naissances » de l’élu « Al Moustapha » : sa première naissance chez les arabes en tant que Mouhamad ibn Abdoulaye et son autre naissance dans une seconde mission chez les lébous en tant que Limamou Lahi ibn Al Hassane. Et à ce niveau l’auditoire pouvait atteindre la transe tellement Serigne Ablaye savait bien manier les mots. En effet, il était tellement éloquent que nous, ou bien moi personnellement je me sentais comme si j’étais présent au moment où tout ce qu’il racontait sur la vie du saint-maitre se déroulait à Yoff, il y a plus d’un siècle (pourtant).

Serigne Ablaye est l’initiateur de cette cérémonie appelée « Ziarra Générale » pour rendre hommage à son oncle Seydina Mandione. À travers cet événement, Serigne Ablaye permettait, d’une part, aux fidèles de se réunir devant le Khalif pour renouveler leur allégeance auprès de ce plénipotentiaire du saint-maitre (asws). Et d’autre part, il permettait au Khalif de constater la ferveur, la détermination des fidèles ainsi que la situation de ce qui lui était confié. Seydina Mandione ne manquait pas à ses prises de parole à l’occasion des “ziarra générale” de remercier Serigne Ablaye devant tous et le renforcer dans l’exercice des fonctions qu’il lui avait confiées.

Dans un enregistrement sonore largement partagé sur les réseaux sociaux dernièrement on peut entendre Serigne Ablaye raconter une anecdote sur ce que certains fidèles disaient de sa relation fusionnelle avec Seydina Mandione : « Sanga bi, tu cautionnes toujours tout ce que fait Ablaye Thiaw…. ».

Quand Seydina Mandione quitta ce bas-monde dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 de Dhul Hijj de l’an 1390 de l’hégire, Serigne Ablaye après avoir renouvelé son allégeance auprès de son cousin le nouveau Khalif (le 3ème à ce titre), Baye Seydi Thiaw Lahi, s’arma encore de détermination pour continuer sa mission au service de celui-ci. Plus tard, quand le 3è Khalif tira sa révérence, Serigne Ablaye assista son successeur Seydina Mame Alassane Lahi et ne montra jamais aucune envie ni aucune précipitation pour leur succéder à ce rang. Finalement, ce n’est qu’en 2001, suite à la disparition du quatrième Khalif, que Serigne Ablaye accéda enfin au califat de son grand-père (asws) après plus de 50 ans de services.

De ce grand missionnaire du Mahdi que fut Serigne Ablaye, nous retenons un homme engagé qui a tout abandonné famille, foyer, privilèges, etc. pour mieux Servir Allah et diffuser le message du saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws). Il fut un fin orateur et un grand historien spécialisé dans la « Sîra » du Meilleur des arabes aussi bien dans sa première mission que dans la seconde chez les « Ahlou Sûdân ». Nous n’avions pas connu Seydina Limamou Lahi, ni Seydina Issa Rohoulahi, ni Seydina Mandione Lahi encore moins Seydina Ababacar Lahi. Mais, à travers ses délicieuses causeries rythmées par une pédagogie qui s’est conjuguée à un talent narrateur fort époustouflant, mêlant l’utile à l’agréable, Baye Abou a su nous transporter au premier plan de leurs histoires respectives.

Aujourd’hui, nous les avons tous presque fréquentés et connue grâce à Serigne Ablaye. De même, si nous aimons le saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws) plus que notre propre être, plus que notre propre vie, plus que nous n’aimons nos parents respectifs ou nos époux/épouses et enfants et plus que nous n’aimons quelque forme de richesse que ce soit, c’est en grande partie grâce notre cher général, Seydina El Hadji Abdoulaye Thiaw.

Hélas, Allah Connaisseur de l’Insondable décida qu’il nous quitterait un 29è jour de Dhul Hijj de l’an 1442 (9 août 2021), quelques 2 jours seulement après avoir commémoré le rappel à Dieu de son oncle Seydina Mandione Lahi. C’est donc tout logique que les cérémonies de commémoration de leurs disparitions soient réunies en une seule journée de prières.

Na la Buur bi teral Abdulaay doomi Isaa
Ngay béél Ilayiina ilaa lah…

Par Chérif Alassane Lahi Diop “Sibt Sâhibou Zamâne”,
Analyste politique et économique,
Expert en Commerce et Management des Affaires Internationales,
Secrétaire Général de Vision 129.

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non