CHRONIQUES

TRIBUNE DU VENDREDI N°128 : Quand s’accrocher à sa religion équivaut à tenir une braise

today3 novembre 2023 179 1

Arrière-plan
share close

Quand s’accrocher à sa religion équivaut à tenir une braise

Le titre de cette présente tribune est une allusion expresse à ce célèbre hadith du prophète Mouhamad (asws) rapporté dans les « Sunane » de Al-Tirmidhî (rta) et recueilli par Anas Ibn Malick (rta) :

قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : « يَأْتِي على النَّاسِ زَمَان القَابِض على دينِهِ كالقَابِض على الجَمر » رواه الترمذي .

Ce qui signifie que le messager d’Allah nous prévient qu’il « viendra une époque durant laquelle celui qui tiendra véritablement à sa religion (par sa langue, son cœur et ses actes) sera semblable à une personne tenant une braise de feu dans sa main ». Autrement dit, ce sera une époque où il sera très difficile d’être un bon serviteur d’Allah à cause des nombreuses épreuves et tentations qui affectent la religion.

Le messager d’Allah avait donné plusieurs indications pour permettre de mieux identifier cette époque dont il est question ici. À ce propos, il disait que l’Heure arrivera :
« Quand vos savants apprendront en vue de gagner Dinârs et Dihrams… » (Daylami)
« Quand les liens de sang seront rompus… » (Ibn Abi Chayba)
« Quand le commandement sera confié à ceux qui n’en sont pas dignes… » (Al-Boukhâri)
« Quand les hommes se satisferont des hommes et les femmes des femmes. » (At-Tabarâni)
« (quand)…prolifèreront les enfants adultérins. » (At-Tabarâni)
« … (quand) l’homme obéira à sa femme et se montrera irrespectueux à l’égard de sa mère, quand il favorisera son ami et éloignera son père… » (At-Tirmidhi)
Il ajouta aussi que :
« Parmi les Signes de l’Heure : l’apparition de la grossièreté et de l’indécence… » (At-Tabarâni)
« La Fin du Monde n’aura pas lieu tant que les gens ne s’accoupleront pas en public dans la rue comme le font les ânes. » (Ibn Hibbân, Bazzâr)

Or, en reconsidérant la situation actuelle et en s’appuyant sur les indications contenues dans ces hadiths ci-dessus, l’on se rend compte que cette époque dont parlait le prophète qui alla jusqu’à l’appeler « les jours de l’endurance » est bel bien arrivée. En effet, l’époque dont il est question dans le premier hadith au début de cette tribune et détaillée par les autres est marquée par l’affaiblissement suivi de la perte de la foi, l’abandon du saint Coran, la négligence vis-à-vis des pratiques religieuses obligatoires et même leur délaissement total, la perte de tout espoir en des lendemains meilleurs, etc.

Il s’y ajoute que la mort, l’existence du Jour du Jugement sont oubliées et les cœurs des gens de cette époque sont malades ; malades d’envie, d’ambition excessive, de jalousie, de haine, de rancune et d’inimitié. Il en résulte que la solidarité et la fraternité entre musulmans sont rompues. Seules la recherche effrénée de profits et l’acquisition des biens et richesses de ce monde animent vraiment la vie des individus. Par ailleurs, l’Islam est infiltré par des gens trop zélés qui, sous prétexte de restaurer un puritanisme qui cache parfaitement leurs véritables motivations, ne sont en fait animés que par la volonté sournoise d’anéantir notre religion.

La preuve est qu’au lieu que ces « puritains islamistes » venus d’ailleurs ne s’évertuent à faire entrer d’autres personnes dans l’Islam, hélas, ils préfèrent s’acharner sur leurs autres frères et sœurs musulmans en les attaquant dans leur foi à longueur de journée, allant jusqu’à oser les traiter de mécréants et leur prédire un séjour irrévocable dans les entrailles de la Géhenne. Pour mieux séduire leur auditoire ils peuvent réciter par cœur le Coran et s’appuyer à tort et à travers sur des bouts d’écrits issus des chefs de file des « Madhâhib ». Mais ils n’hésitent jamais à sauter sur l’occasion pour manifester un mépris et un manque total d’égard envers les braves fondateurs des foyers de l’islam soufi de ce pays qu’ils assimilent même à des hérétiques.

A côté d’eux, il y a la cohorte de prétendus prédicateurs ( pas forcément des érudits) qui investissent les plateaux de télé, sous couvert de la religion, dans le but de gagner le cœur des milliers de téléspectateurs. Ces gens-là, au lieu de nous ramener à l’enseignement religieux authentique, n’hésitent pas à faire des prêches complaisants légitimant et encourageant dans la plupart du temps des pratiques de notre époque (musique, voyance, divination, homosexualité, etc.) complètement à l’opposé de l’enseignement du saint prophète (asws). Les téléspectateurs qui s’adonnent à ces pratiques bannies développent alors de la sympathie à leur endroit et les invitent très souvent dans leurs rencontres mondaines pour les récompenser et les couvrir d’or et d’argent. Que dire encore de certains religieux (imams, Moukhadams, descendants d’illustres figures religieuses) qui ne ratent jamais une occasion pour agir en troubadours au service exclusif de sa majesté (certains élus injustes qui pillent les derniers publics).

Cette dernière catégorie est encore pire car feignant d’ignorer les souffrance des populations notamment la pauvreté, la cherté de la vie et le chômage, se rangent sans réfléchir du côté des tenants du pouvoir à qui ils tressent des lauriers en espérant en retour recevoir de leur part quelques prébendes et d’autres avantages de privilégiés tels que des passeports diplomatiques, des parcelles de terrains, des exonérations de droit de douane, une amnistie par anticipation pour toute violation future de la loi, etc. Ce type de religieux qui auraient pourtant dû défendre le peuple, les plus faibles, et rappeler telle quelle la parole du Tout-Puissant, a sans nul doute trahi Allah et Son Messager (asws).

À coté de tous ces maux, il y a aussi les nombreuses tentations de notre époque nées de la banalisation généralisée de la débauche, de l’homosexualité, du lesbianisme, de la corruption, des gains illicites issus des jeux de hasards, ainsi que l’appel récurrent à la perte des valeurs. Le pire est que ces tentations sont promues à longueur de journée à la télé à travers des séries, téléfilms dans lesquels ce qui fut autrefois un sujet tabou dans notre société (la sexualité en l’occurrence) est banalisé et exposé au vu et au su de tous sans qu’aucune mesure sérieuse ne soit prise pour éradiquer ce fléau des Temps modernes. Les réseaux sociaux aussi, dans la mesure où ils ne sont ni controlés ni réglementés sous nos cieux, permettent de faire passer toutes sortes de contenu et de message sans filtre. Les enfants tout comme les faibles d’esprits qui ont facilement accès à ces réseaux sociaux s’imprègnent alors très promptement des valeurs venues d’ailleurs et qui sont à l’opposé de nos valeurs nationales et religieuses. Il en découle qu’ils sont facilement appâtés, endoctrinés et même radicalisés.

La détérioration des mœurs est arrivée à un niveau tel que désormais, il est permis à l’homme et à la femme de notre époque de choisir et de changer son sexe ou son orientation sexuelle. Et ces personnes qui ont changé de sexe ou qui ont une orientation sexuelles différente de ce qui a été enseigné par les différentes religions monothéistes sont tellement bien protégés par les Institutions Internationales et les grandes puissances telles que les USA, l’Union Européenne, etc. qu’ils ont acquis des droits qui les rendent encore plus puissantes que les autres. Et dans des pays dits laïcs comme le nôtre, aucun droit ne nous permet d’appliquer les lois divines sur ces transgresseurs. C’est pourquoi on ne peut que constater, supporter et dénoncer mais jamais . C’est le lieu de saluer l’énorme travail que réalisent l’ONG Jamra et Mame Mactar Gueye qui luttent avec bravoure et détermination pour la protection des valeurs morales et religieuses de notre cher Sénégal. Puisse Allah leur apporter Son Soutien.

Autre chose encore, c’est l’intérêt tout particulier que les gens de cette époque accordent au sport dans toutes ses catégories (Football, Lutte, Basket, Boxe, MMA, etc.) à telle enseigne qu’au cours des matchs ou combat plus rien d’autre ne peut capte leur attention. Et le pire est que ces matchs et combats sportifs occupent tellement de temps qu’ils encouragent les fidèles à manquer à leurs obligations religieuses ou à ne tout simplement pas accorder l’attention qu’il faut à ces moments de recueillement et de communion avec l’Éternel (swt).

Alors, il n’est guère surprenant que cette époque soit aussi marquée par la multiplication des épreuves telles que les maladies pour la plupart incurables (cancers, AVC, diabète, SIDA, épidémies, pandémies, etc.), les guerres, les meurtres et autres tueries de masse comme ce qui se passe actuellement sur la Bande de Gaza où des innocents parmi nos frères et sœurs musulmans palestiniens notamment les plus exposés (vieillards et enfants) croulent par milliers sous les bombardements disproportionnés de l’Etat sioniste d’Israël soutenu dans son injuste croisade par la Première Puissance militaire au monde (les USA). Puisse Allah apporter Son secours à nos frères et sœurs palestiniens.

À cause de tout ce qui vient d’être exposé, il apparait clair qu’être un bon musulman, rester sur la sirat « Al moustaqim », servir le Seigneur de la meilleure des façons et remplir les différentes obligations islamiques deviennent quasi impossibles en cette époque. Toutefois, Allah a mis en place un système pour préserver la foi de Ses plus fidèles serviteurs contre les maux de cette époque trouble. Ceux-là sont ceux qui ne négligent pas d’évoquer le souvenir d’Allah : ils pensent à leur Seigneur à chaque parole, à chaque action et en tout lieu. À ce propos, le saint-maitre des Ahloulahi Seydina Limamou Lahi (asws) nous a enseigné que « Le rappel du souvenir de Dieu diminue les mauvaises actions et multiplie les bonnes. » En fait, ce qu’il faut comprendre est que se rappeler en permanence du Seigneur permet de renforcer sa crainte d’Allah. Or, comme disait le Coran aux versets 2 et 3 de la sourate AT-TALÃQ :

{وَمَن يَتَّقِ اللهَ يَجْعَل لَّهُ مَخْرَجاً}
(Celui qui craint Allah, Il lui accorde une issue favorable)
{ وَیَرۡزُقۡهُ مِنۡ حَیۡثُ لَا یَحۡتَسِبُ }
(et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas.)
{ وَمَن یَتَوَكَّلۡ عَلَى ٱلله فَهُوَ حَسۡبُهُۥۤ }
(Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit. )

Qu’Allah guide nos paroles, nos pas et nos actions par la grâce de notre maître Seydina Limamou Lahi Al Moukhtâr Wa Seydil Anlamîna (asws)

Par Chérif Alassane Lahi Diop « Sibt Sâhibou Zamâne »,
Analyste politique et économique,
Expert en Commerce et Management des Affaires Internationales

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non