DOCUMENT

31 Octobre 1902 : Rappel à Dieu de Thierno Mbaye Sylla

today31 octobre 2023 883 7

Arrière-plan
share close

31 Octobre 1902 – 31 Octobre 2023

121ème anniversaire du rappel à Dieu de l’Ami, le Confident, le bien aimé, le vizir et plus grand disciple de L’Imam des imams Seydina Limamou LAHI Al Mahdi (psl) : Thierno Mbaye Sylla (1827-1902), le véridique As-Sadiikh, le piédestal de la Foi, Imam et Cadi (Juge du tribunal Musulman) de Dakar (1861 – 1883).

Fils d’Imam, petit-fils d’Imam, Père d’Imams, Grand-Père d’Imams.

Thierno Ababacar Sylla (Baye Daagou)

فِي سَنَّةٍ كَسٍ تَوَفْ تَتْبَعُهـَا أَلْفُ اللَّهِ

فَي رَجَبٍ آخَرَهُ يَوْمُ الْجُمْعَةِ رَحَلا

D’après Baye Abdoulaye Sylla, dans son célèbre ouvrage Izaalul Jahli, Mame Thierno Mbaye Sylla mourût en l’an 1320 de l’hégire un Vendredi, dernier jour du mois de Rajab, coïncidant avec le 31 Octobre 1902 du calendrier Grégorien.

Né en 1827 à Dakar, il est le fils de Matar Sylla Kheury Diop et de Aïssatou Ndoye.

Matar Sylla fût le plus grand chef religieux de son temps sur la presqu’île du Cap Vert. Après avoir fait ses études au Cayor, il revint à Dakar vers 1780 et commença à enseigner le coran et la religion musulmane. Il construisit la première Mosquée à Dakar (celle de la Rue Moussé Diop ex-Rue Blanchot) sur fonds propres et institua à la demande des Lébous, un Tribunal musulman. Il fut proclamé premier grand Imam et Cadi supérieur de la presqu’île du Cap Vert, fonctions qu’il remplit pendant 47 ans jusqu’à sa mort en 1858.

Les dignitaires Lébous décidèrent unanimement que son fils Ababacar Sylla, qui était alors à Mbao, allait être son remplaçant attitré. Ce qu’il refusa dans le but de compléter sa formation. C’est finalement en 1861 qu’il accepta cette demande et rentra à Dakar.

De son vrai nom Ababacar Sylla, il est plus connu sous le nom de Thierno Mbaye Sylla, « Thierno » étant un titre signifiant la dimension spirituelle hors norme et le savoir de ladite personne. Le Saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws) l’appelait affectueusement Mbaye Sylla ou « Baay Daagou » du fait de sa démarche calme et posée.

Il fit ses études coraniques dans un village appelé « Kounja » où il eut en 1834 une vision qui lui révéla plus tard l’identité du Mahdi.

En 1861, alors qu’il n’était âgé que de 34 ans, il fut nommé Imam et Juge du Tribunal musulman de Dakar. En 1876, lors d’un procès qui opposait deux familles de Yoff, il rencontra Seydina Limamou Lahi (psl), ils se lièrent d’amitié et se donnèrent rendez-vous dans un avenir proche (…).

Thierno Mbaye Sylla fut la première grande personnalité à venir répondre à l’appel du saint prophète (psl). En effet Seydina Limamou (asws) lança son appel le mois de Chahbaane, et juste 2 mois après, suite à la dernière prière de Korité qu’il présida à Dakar, il se dirigea à Yoff accompagné de son fils Baye Abdoulaye Sylla (âgé de 13 ans), Matar Ndoye (senior), Matar Ndoye (junior), Abdou Diagne, Ousseynou Paye pour prêter allégeance à la meilleure des créatures Seydina Limamou (asws).

Cet acte était la signification effective des paroles que chantonnait souvent le Saint maître à l’endroit de Thierno Mbaye et son fameux rêve à Kounja « Mbayoo Mbaye, Mbaye doone na nelaw faf tiite na sa nelaw ya, soloo nako tiissou jamaana, jamaana jamaana laa yaati ».

Ainsi, il se déchargea de ses fonctions de Cadi et d’Imam de Dakar qu’il eut à occuper pendant 22 ans ; ce qui offusqua les dignitaires Lébous, mais il préféra les honneurs de la vie céleste à ceux d’ici-bas et croire à la mission de Seydina Limamou LAHI asws. Seul peut croire en lui et devenir son disciple, celui que Dieu a comblé de ses grâces et de sa miséricorde, comme en bénéficièrent les saints hommes de Dieu des temps passés.

Thierno Mbaye Sylla est sans nul doute le plus grand disciple du Mahdi comme le montre le grand érudit Cheikh Makhtar LÔ dans son ouvrage « Bushral Muhibbina wa tayqizil jaahilina » :

« Des disciples de Limamou ayant appris sa libération, allèrent à sa rencontre à Gorée, pour revenir avec lui à Dakar, où ils se dirigeront chez son plus grand disciple Ababacar Sylla, qui était à la fois son ami, son confident, son mandataire et son remplaçant pour diriger les cinq prières. [….] La fluidité de leur relation prouve ici pourquoi le Saint-maitre à sa sortie de Gorée se dirigea directement chez Thierno Mbaye Sylla où il séjourna 9 mois durant. »

Serigne Modou Mboup Xaarixu de confirmer :

يَوْمَ العُدُومِ إِمَامِ اللَّهِ هـِجْرَتَهُ

كَالْعِيدِ يَا عَجَبًا فِي أَهـْلِ بُلْدِهـِمِ

يَمْشِي فَيَمْشِي إِلَى العُدُومِ دَارِ أَبِي

بَكْرٍ صِلَهْ مَعَ الْمُؤْمِنِينَ كُلِّهـِمِ

C’est durant ce séjour que bon nombre de personnalités et dignitaires vinrent prêter allégeance à Seydina Limamou Lahi (asws).

Baye Doune Pathé Ndoye nous en a cité quelques-uns dans son ouvrage Jawaabu Saahili:

Le noble et sincère Cheikh Ahmad Gaye de Thieurigne ;

Le célèbre compagnon Cheikh Abdoulaye Diouf de Gouye Salaane;

Le célèbre auxiliaire Ndiouga Dème de Khok ;

Le noble Cheikh Makhtar Guèye et son frère Bamar Guèye de Thieudème ;

L’indulgent, le silencieux Alassane Yafi Diop de Gouye Mariama ;

Le noble et généreux Cheikh Madiop Diop de Gouye Salaane ;

Le très accueillant Cheikh Ibrahima Diagne de Santhiaba ;

Le Cheikh bien connu de son époque, Pathé Sall de Kaye Findiw ;

Le maitre bien connu Dimingou Sow de Yakh-Dieuf ;

Le généreux Baye Ngagne Ndiaye de Pout ;

Le bienfaisant Cheikh Guilaye Diack de Dieecko.

C’est après cette épreuve et durant le séjour de Seydina Limamou (asws) chez son plus grand confident Sheyhoul Islam Ababacar Sylla que celui-ci lui accorda la main de sa fille Mame Aminata Sylla « Mame Toûte », la mère de Seydina Ababacar Lahi « Baaboul Ouloûm » et de Sokhna Oumy Lahi, les cadets du Saint maître (asws).

Le Vendredi qui précéda le jour de son décès, soit le 24 Octobre 1902, Thierno Mbaye rendît l’âme une première fois, et c’était une mort constatée par tout son entourage et autres dignitaires lébous de Dakar.

Mais lorsqu’on annonça la nouvelle à Seydina Limamou (asws), il déclara ceci : « Mbaye Sylla dou dem té waxoul ak mane (…) ». Pendant ce temps, les dignitaires Lébous s’empressaient pour qu’on inhume au plus vite Thierno Mbaye, le Saint maitre s’apprêtait, prenait son temps pour venir, comme si de rien n’était… accompagné de quelques disciples, il arriva à son domicile, entra dans la pièce où était allongé le corps sans vie de son disciple Thierno Mbaye, tourna autour de lui 3 fois, et lui ordonna de se lever. Il ressuscita ainsi Thierno Mbaye sous la stupéfaction de toutes les autorités et notables de Dakar… « Say muhjisaat loottal na gaa yay seenou, wa lam yaruu misluka yaa lamiina », dixit Baye Libasse Niang.

Sept jours plus tard, le Vendredi 31 Octobre 1902, l’Ami du saint maître, le Confident, le premier Disciple, As Sadiikh Thierno Ababacar Sylla fît son dernier voyage céleste laissant derrière lui une touche indélébile et sans commune mesure, sur la Communauté Ahloulahi mais aussi sur la Umma Islamique.

Après son oraison funèbre, Seydina Limamou Lahi (asws) s’exclama devant toute l’assistance « Par la grâce de Thierno Mbaye Sylla, ALLAH swt a pardonné tous ceux qu’il a rejoint dans ces cimetières et tous ceux qui mourront durant les deux prochaines années à compter d’aujourd’hui jusqu’à l’année prochaine ».

Pluie de grâces et de bénédictions sur lui ainsi que sur sa famille et toute la Communauté Ahloulaahi et musulmane.

Commission Scientifique
Dahira Seydina Ababacar Lahi (DSAL) de Yoff
Publié le 31/10/2023

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non