CONTRIBUTION

CONTRIBUTION : De l’âge de Seydina Issa quand Seydina Limamou avait 33 ans

today10 décembre 2022 256 2

Arrière-plan
share close

De l’âge de Seydina Issa quand Seydina Limamou avait 33 ans

Il est plus commode, en parlant des questions d’âge et de dates sur Seydinâ Limâmou (Asl) de les formuler d’après le calendrier lunaire, car TOUTES LES SOURCES ANCIENNES y concordent sur sa naissance, son appel et son décès : 1261 hég, 1301 hég et 1327 hég. Ceci parce que depuis fort longtemps, il y’a des divergences dans la communauté dans les conversions dans le calendrier solaire.

Fort de cela, on peut dire qu’il a eu 33 ans en l’année 1294 hég.
Pour dire qu’il a eu son fils Seydinâ ‘Îssâ (Asl) quand il a eu 33 ans, il nous faut nécessairement savoir l’année de naissance de ce dernier. Or, A MA CONNAISSANCE, il n’y a AUCUNE SOURCE ANCIENNE, qui la précise et donc toute tentative de le faire est DEDUCTIVE.

La déduction peut partir de dates repères certaines et de faits et ici généralement, on part :
1- De son âge au moment où Seydinâ Limâmou (Asl) recut les notables lébous venus le réconcilier avec les colons.
2- De son âge au moment de son investiture en tant que Khalife
3- De son âge à son décès.

Le seul HIC ici est que ceux parmi les anciens (Cheikh Moukhtâr Lô et Serigne Môdou Al ‘Khâriq (Rhml)) qui précisent son âge au moment de la tentative de réconciliation divergent et nous ne pouvons résoudre la divergence.

En effet, Cheikh Moukhtâr Lô (Rhml) dit qu’il avait 8 ou 9 ans dans Bouchrâh
وَأَخَذَ بِيَدِ ابْنِهِ وَوَزِيرِهِ وَخَلِيفَتِهِ رُوحِ اللهِ سَيِّدِنَا عِيسَى وَقَالَ: ” أَنَا عَلِمْتُ أَنِّي أَمُوتُ إِنْ جَاءَ أَجَلِي وَلَكِنْ إِنْ مِتُّ وَلَمْ يَتِمَّ مَا أَمَرَنِي بِهِ رَبِّي سَيُتِمُّهُ هَذَا الْغُلَامُ ” وَهُوَ ابْنُ ثَمَانِيَّةٍ أَوْ تِسْعَةٍ.
Il prit la main de son fils, son lieutenant et son Khalife Roûhoul LAHI Seydinâ ‘Issâ et dit : « Je sais que je mourrai quand mon terme viendra, mais si je meurs alors que ce que mon Seigneur m’a ordonné (de transmettre) n’est pas achevé, ce garçon ci le complètera. » Il était âgé de huit (8) ou neuf (9 ans).

Serigne Môdou Al ‘Khâriq (Rhml) parle de 10 ans.
446 ) Si je ne termine pas la mission dont DIEU m’a investi
Cet enfant le complètera sans aucun doute
447) S’il ne restait au monde qu’un seul jour
DIEU l’allongerait jusqu’à ce qu’il achève Sa Promesse
448) En ce temps il avait dix ans
Lui Le fils de Maryam, l’Esprit Saint caché

Qui suivre parmi ces deux GEANTS ANCIENS ?

Nous sommes partis quant à nous des deux derniers points (âge au moment de l’investiture et de son âge à son décès), des années de naissance et de décès de Seydinâ Limâmou (Asl), DES HADITHS et des avis des ‘OULEMAS pour tenter de résoudre l’énigme.
ET REGARDEZ, PAR LA GRACE DE DIEU LE GENEREUX, TOUTE LA PUISSANCE DES CONCONDANCES INEDITES ENTRE LES HADITHS ET LES FAITS HISTORIQUES LAYENES QUE NOUS AVONS APPORTEES A KANTE DANS NOTRE REPONSE A SES DENEGATIONS SUR LA COMMUNAUTE LAYENE !

LE TEXTE QUI SUIVRA EST UN EXTRAIT DE NOTRE LIVRE DE PLUS 400 PAGES QUI PARAITRA BIENTÔT INCHA ALLAH.
L’APPEL DE SEYDINA LIMAMOU ASL : INTERROGATIONS, CRITIQUES ET REPONSES.

LE KHALIFE (SUCCESSEUR) À 33 ANS

Dans le dernier tiers de la nuit du vendredi 14 chawwâl de l’an 1327 hég (vendredi 29 octobre 1909), Seydinâ Limâmou LAHI (Asl) qui avait 66 ans (1261- 1327 hég) quitte ce bas monde. Il disait :
« Mana démb mana tay »
« C’était moi Mouhammad à la Mecque,
C’est moi Limâmou aujourd’hui à Yoff »
« Que celui qui a quelque chose qu’il donnerait à Mouhammad (Psl) me le remette, j’en suis le destinataire. »

Il avait transmis le message qui lui avait été confié et dit à la fin : « Moi, je ne suis qu’un donneur d’ordres. DIEU, Le Très Haut, a dit : « Il n’incombe à l’Envoyé que de transmettre clairement le message. » Et moi, j’ai transmis. » « Quant à celui qui aura dépassé les limites et aura préféré la vie présente, alors, l’Enfer sera son refuge. Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion, le Paradis sera alors son refuge. »

Âgé de trente-trois (33 ans) (1294-1327 hég) (1877-1909 grég), Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl) succède à son père, à la tête de la communauté Lâyène et confirme des prédictions islamiques :
– La première est qu’Issâ Ibn Maryam (Asl), d’après des hadîths (cités plus haut) devait apparaître à la fin des temps à côté du Mahdi (Asl) et prier derrière lui. Quand il quittait ce monde au sein du peuple d’Israël, il avait trente-trois ans. Al Hâkim (Rhml) rapporte que Sa’hîd Ibn Mousayyib a dit : « ‘Issâ a été élevé alors qu’il avait trente-trois ans, Mou’âz Ibn Djabal est mort alors qu’il avait trente-trois ans. » Wahb Ibn Mounabbih a dit : « DIEU, Le Très Haut, a fait la révélation à ‘Issâ au début de ses trente ans puis l’a élevé alors qu’il avait trente-trois ans, son apostolat dura trois ans. » Imâm Mâlick Ibn Anas (Rhml) a dit : « ‘Issâ est mort alors qu’il avait trente-trois ans. »
Mouhammad Ibn Rouchd (Rhml) a dit : « Mâlick a dit : « ‘Issâ Ibn Maryam disait : « Ô toi le fils de trente, trente sont passés, qu’est-ce que tu attends ? Il dit : « Il mourut à l’âge de trente-trois ans. » Mouhammad Ibn Rouchd (Rhml) a dit : « Sa parole : « Il mourut à l’âge de trente-trois ans, son sens est : il sortit du monde et fut élevé vers, alors qu’il avait cet âge. »
Dans la Bible, (Luc 3:23) on lit : « Jésus avait environ trente ans quand il commença à exercer son ministère. Il était, comme on le pensait, le fils de Joseph… »

Est-ce hasard que Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl) qui affirma être ‘Issâ Ibn Maryam (Asl) débuta sa mission après le Mahdi (Asl) à l’âge de trente-trois ans ?

– La seconde : As Safârînî (Rhml) rapporte dans son Lawâmi’ d’Ibnoul Djawzî qu’‘Oumar (Rta) a dit : « ‘Issâ Ibn Maryam descendra, se mariera et aura des enfants. »
Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl) a eu plusieurs épouses dont Mâme Ngâne, Khady Dia, Astou LAHI Guèye, Astou LAHI Guéey, Mâme Khary Thiaw (Rhml) et plusieurs enfants, quatre fils : l’actuel Khalife ‘Abdoul LAHI, Ibrahima LAHI, ‘Ousseynou LAHI, Mamadou LAHI (Rhml) et trois filles : Mânatou LAHI, Mâme Adama et Ndéye Sény LAHI (Rhml).
Il est à noter encore que d’après Ibnoul Djawzî (Rhml), ’Issâ Ibn Maryam (Asl) aura « deux enfants l’un nommé Moûssâ et l’autre Mouhammad. »

Est ce hasard que l’un des fils de Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl), cité plus haut, se nomme Mamadou LAHI.

On dit que Mamadou, Amadou, Mâmoudou, Môdou sont les déformations de Mouhammad faites exprès par les anciens par respect au Prophète (Psl) dont ils évitaient de prononcer le nom tout seul sans marque de considération.
– La troisième est que des hadîths authentiques disent qu’’Issâ Ibn Maryam (Asl) à son retour demeurerait en ce monde quarante ans. Aboû Hourayra (Rta) rapporte que le Prophète (Psl) a dit : « ‘Issâ (Asl) demeurera sur terre après sa descente quarante ans puis mourra et les musulmans feront sur lui la prière mortuaire et l’enterreront. »

Ce hadîth est rapporté en diverses versions dans les livres et les ‘Oulémas ont beaucoup discuté du sens à lui donner. Ibn Kathîr (Rhml) , juxtaposant et interprétant les divers hadîths sur la question, pense que la durée de quarante ans est constituée de son âge de trente-trois ans au moment de son élévation et des sept ans qu’il ferait à son retour. As Souyoûtî (Rhml), et As Safârînî (Rhml) dans son Lawâmi’ pensent, selon certaines versions plus explicites, qu’il demeurera quarante ans sur terre après sa venue. As Souyoûtî (Rhml) écrit :
« J’avisais qu’Issâ Ibn Maryam après sa descente resterait sur terre pendant sept ans et continuait de le faire jusqu’à voir qu’Al Hâfiz Al Bayhaqî (Rhml) arguait que la durée était de quarante ans s’appuyant sur que rapportait l’Imâm Ahmad dans un hadîth dont le texte est : « Puis ’Issâ Ibn Maryam demeurera sur terre après avoir tué dadjâl quarante ans. »
Al Barzandjiyyou (Rhml) confirme cela dans son Ichâ’a.

Le débat peut encore continuer, mais la durée du khalifat de Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl), après son investiture à trente-trois ans dura quarante ans (17 Chawwâl 1327 – 26 Chawwâl 1368 hég).

Il commença sa mission à la mort de son père (Asl) le 17 Chawwâl 1327 hég pour la terminer le 26 Chawwâl 1368 hég, exactement quarante ans. Il faut faire le calcul par intervalle et non par soustraction directe. De l’année 1327 hég, il a vécu trois mois (Chawwâl, Zoul Qi’da, Zoul Hidja) et de l’année 1368 hég il a vécu 9 mois (Ramadan, Safar, Rabi’ Al Awwal, Rabi’ As Thânî, Djoumâda Al Awwal, Djoumâda As Thânî, Radjab, Cha’bân, Ramadân).
Ses quarante ans échus au mois de chawwâl 1368 hég, il était conscient qu’il devait quitter ce monde, au vu des prédictions de la tradition sur la durée de son apostolat et il le fit savoir. Le Pr Assane Sylla (Rhml) écrit :
« Seydina Issa avait fait des confidences à quelques-uns de ses intimes. Abdoulaye Mbaye Thiané nous a raconté qu’il eut une entrevue avec Seydina Issa durant sa maladie, il lui confia : « Je ne survivrai pas cette année, sinon on vous démentira (il y’aurait discordance entre les prédictions et la réalité). D’ailleurs, ajouta-t-il, les quatre dernières années que j’ai vécues constituent un supplément de faveur de DIEU pour moi. Efforcez-vous d’exécuter les enseignements de Seydina Limamou afin que vous puissiez porter à votre actif de bonnes actions. Si vous le faites, Seydina Limamou vous accueillera, si vous ne le faites pas, vous serez parmi les perdants. »

TOUTES LES REFERENCES SONT DISPONIBLES EN ARABE DANS LE LIVRE INCHA ALLAH

2- L’HEUREUX NOM D’’ISSÂ

En l’an 1294 hég (1877 grég), Seydinâ Limâmou (Asl) eut, de son épouse Mâme Fâtim Mbengue (Rhml), un fils et lui donna le nom d’‘Issâ Thiaw. Il avait une grande sœur Aita Sène et aura plus tard deux frères cadets : ‘Abdoul LAHI et Mâlick Thiaw (Rhml).

Est-ce hasard, que le père, né en 1261 hég (1845 grég), avait 33 ans, âge à laquelle son fils lui succèdera en 1327 hég (1909 hég) ?

Peut-on un seul moment supposer qu’à l’âge de trente-trois ans, Seydinâ Limâmou (Asl) « mijotait » déjà, devant DIEU L’Omniscient, le projet de se proclamer Mahdi après l’âge de quarante ans (40) ?
Comment ensuite, en tant qu’illettré, pouvait-il savoir, qu’à côté du Mahdi, devait se trouver et prier derrière lui ‘Issâ Ibn Maryam (Asl). Une seule ratée, sa mort subite ou celle d’Issâ ou un quelconque évènement malencontreux, mettraient son projet ficelé à l’eau. Prenant exemple sur le Prophète (Psl) DIEU Le Très Haut menace l’imposteur dans le Coran : « Et s’il avait forgé quelques paroles qu’il Nous avait attribuées, Nous l’aurions saisi de la main droite, puis, Nous lui aurions tranché l’aorte. Et nul d’entre vous n’aurait pu lui servir de rempart. »

Aboû Hourayrah (Rta) rapporte que l’Envoyé de DIEU (Psl) a dit : « ‘Issâ Ibn Maryam descendra et leur Commandeur le Mahdi dira : « Viens diriger notre prière : « Il dira : « Non ! Vous êtes dirigeants (de vos prières) les uns les autres, une faveur de DIEU pour cette communauté. »
Aboû Sa’id Al Khoudrî (Rta) a dit que l’Envoyé de DIEU (Psl) a dit : « Il fait partie de nous celui derrière qui Issâ Ibn Maryam fera la prière. » « Le Mahdi est de cette communauté, c’est lui qui dirigera la prière (يَؤُمُّ yaoummou) d’‘Issâ Ibn Maryam. »

Ce qui fait presque toujours défaut à tous ceux qui se sont proclamés Mahdi, est l’absence à leurs côtés d’un nommé ‘Issâ revendiquant le statut d’’Issâ Ibn Maryam (Asl). Seydinâ ‘Issâ (Asl) fut éduqué par son père, derrière qui il pria jusqu’à l’âge de 30 ans. Il le quitta et partit en exil vers Ngâkham chez son ami Mâmour Diakhaté (Rhml), Serigne Mâmour Diakhaté de Ngâkham.

Il avait auparavant acquis de son père beaucoup de savoir pour poursuivre sa mission. À son retour d’exil, il s’enferma un temps avec son frère Seydinâ Mandione (Rhml) pour prendre connaissance des enseignements de son père dont il n’avait pas été témoin, comme d’une mise à jour. Dans les livres des ‘Oulémas du passé, une question avait été posée :
« D’où, à son retour, ‘Issâ Ibn Maryam (Psl) tirera-t-il ses connaissances de la religion de Mouhammad (Psl) ? »
C’est d’Ibn Hadjar Al ‘Asqalânî (Rhml) que la réponse géniale transmise par As Souyoûtî (Rhml) nous est parvenue :
« Puis, quelque temps après la rédaction de cette réponse, j’ai disposé d’une question posée au Cheikh de l’Islam, Al Hafiz ibn Hadjar (Rhml), dont la teneur suit : « Quel est votre avis sur la parole du Messager d’ALLAH (Psl) : « ‘Issâ Ibn Maryam (Psl) apparaîtra à la fin des temps en juge (intègre) ? » Est-ce que ‘Issâ (Psl) descendra, possédant la science du Coran glorieux et de la Sounnah de notre Prophète (Psl), ou acquerra-t-il cette science auprès des savants de cette époque et fera des efforts d’interprétation ? Quelle est la juste position ?
Il répondit ce qui suit – et j’ai copié ceci de lui – : « Il ne nous a été rien transmis de clair à ce sujet, mais ce qui convient au rang d’ ‘Issâ (Psl), est qu’il recevra cela du Messager de DIEU (Psl) et jugera par ce qu’il aura reçu de lui, car, en réalité il est son Khalife. »
Notre savant avait vraiment vu juste, car Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl),’Issâ Ibn Maryam (Asl), reçut sa science de son père Seydinâ Limâmou LAHI (Asl) qui a toujours proclamé urbi et orbi :

Mana démb, mana tay
C’était moi Mouhammad hier à la Mecque
C’est moi Limâmou aujourd’hui à Yoff

Mâme Khary Thiaw (Rhml), épouse de Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl), à qui nous rendions souvent visite à Yoff, nous a raconté qu’un groupe de prêtres chrétiens vinrent un jour à Yoff voir son mari et il les reçut dans son salon. L’un d’entre eux lui dit :
« Peux-tu lire pour nous du Coran ? Il dit : « oui » et prit le Coran qui était près de lui, l’ouvrit au hasard et tomba sur la sourate Maryam (la mère d’Issâ Ibn Maryam (Psl) et commença à lire. Un petit moment après, comme gêné, le prêtre lui dit : « Arrête ». Il s’arrêta. Ils conversèrent et il lui demanda : « Qui t’a appris ce que tu sais là ? » Il lui répondit : « Mon père Limâmou ». Il lui dit : « Qui a appris à ton père ce qu’il savait ? » Il lui répondit : « DIEU, Le Très Haut ». Ils se turent et prirent congé de lui. »

Dans ce récit, Seydinâ ‘Issâ (Asl) répond avoir reçu son savoir de Seydinâ Limâmou LAHI (Asl) confirmant ainsi l’avis d’Ibn Hadjar (Rhml) vu plus haut. Recevoir sa connaissance de l’Envoyé de DIEU (Psl) est ce qui convient à son rang que conteste Kanté qui ne voit rien de l’œuvre de Seydinâ ‘Issâ Roûhoul LAHI (Asl) confirmant « ses sources scripturaires ». Pour voir, il ne suffit pas seulement d’avoir des yeux, il faut aussi une lumière.

Mouhammad  LAHI

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (2)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

  1. Papa Moussa Cissé sur 10 décembre 2022

    L’age qu’avait Seydina Issa Rohou Lahi A.S. est de 10 ans en référence à la date de naissance en année hegirienne qui est de 1294.
    Cette prédiction du futur apostolat de Issa Ibn Maryam (A.S.) eut lieu en 1304 de l’hegire.
    1304-1294= 10 ans
    C’est clair et précis.

  2. Papa Moussa Cissé sur 12 décembre 2022

    Seydina Issa Rohou Lahi (A.S.) est né en l’an 1294 de l’hegire.
    Les événements concernant la prédiction de l’apostolat futur de Issa Ibn Maryam (A.S.) eurent lieu le 10 septembre 1887 correspondant à l’année hegirienne 1304 au mois de Digui précédent le mois de tabaski.
    Par conséquent 1304-1294 donne 10 ans.
    La version à retenir est celle de Al Kharikh “Mamadou Mboup”


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non