LES COMPAGNONS

HOMMAGE A MAME AMADOU FALL PATHE SOW SAKAYA

today15 mars 2023 138 3

Arrière-plan
share close

Fin connaisseur du Coran et de ses secrets, Mame Amadou Fall répondit à l’Appel

Quelle vie exemplaire et méconnue que celle de Mame Amadou Fall Pathé Sow Sakaya… Rappelé à Allah en 1949, ce malikois venu des fins fonds de l’actuelle région de Louga, a répondu à l’Appel de Seydina Limamou Lahi (psl). Celui qui était connu comme un homme de Dieu, un guérisseur hors pair a marqué son époque par la volonté dont il a toujours fait montre pour atteindre ses nobles objectifs. Chaque année, comme ce fut le cas le dimanche 11 décembre 2018, sa famille lui consacre une journée de prières.

La vaste maison familiale, appelée Baraque et sise à Malika, s’avère toujours étroite pour accueillir plus d’une centaine de personnes en majorité composée des descendants de Mame Amadou Fall Pathé Sow mais aussi des descendants de ses
voisins et amis. La journée de prières, marquée par une lecture du saint Coran mais aussi par une conférence ponctuée par du zikrullah mobilise.

Mame Amadou Fall en vaut le coût. Lui, qui fait partie des premiers habitants de Malika, a été rendu célèbre par ses savoirs coraniques et mystiques couronnés toujours par des prières exaucées par le Tout-Puissant. Et ce, par la grâce de la meilleure des créatures (psl). « A l’époque, tous les malades de la zone guérissaient après avoir absorbé ses potions », nous souffle un vieil habitant de Malika. Avant d’ajouter que Mame Amadou Fall était également réputé comme éleveur. Le tout marqué par une peur certaine de faire mal à son prochain basée sur une crainte d’Allah.

Mame Amadou Fall a commencé à apprendre le Coran à l’âge de 20 ans

L’on raconte qu’un jour ayant pris connaissance que son troupeau a brouté les herbes d’un cultivateur de Yeumbeul, il est allé, à la surprise générale, jusqu’à le retrouver pour s’excuser de l’incident. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, chaque année, il offrait l’ensemble de sa récolte de manioc aux populations.

Au delà de tout ceci, Mame Amadou Fall Pathé Sow Sakaya fut aussi un fidèle de Seydina Limamou Lahi (psl), respecté et honoré jusqu’à son rappel à Allah, en 1949. Sa vie nous est contée par Mamadou Sow fils de Al Ousseynou Sow, avant dernier fils de Mame Amadou Sow. D’emblée, il souligne que l’âge de son grand-père n’est pas du tout connu. Ce que l’on sait est que son fils cadet, petit frère de son père, est né en 1912. Sinon, il est originaire de Rayet dans l’actuelle région de Louga non loin de Potou. Durant son enfance, il a vécu avec ses parents. Son grand-père paternel portait le nom de Pathé descendant de Sakaya inhumé dans le cimetière de la localité. C’est d’ailleurs pourquoi, l’on ajoute Pathé et Sakaya à son nom qui en devient un peu long.

A l’époque, la religion n’était pas fortement ancrée dans certaines régions. Les populations peules s’occupant beaucoup plus de leur troupeau et de l’élevage. Un jour, Mame Amadou Fall demanda la permission à son père pour apprendre le Coran. Etonné, ce dernier ne put s’empêcher de se demander ce qui adviendrait de leur troupeau et qui allait s’en occuper. Refus ne pouvant être plus catégorique, Mame Amadou Fall se plia à la décision de son père. Il resta, ainsi, à ses côtés s’occupant du troupeau.

Quelques années plus tard, son père fut rappelé à Allah. Mame Amadou Fall, âgé d’environ 20 ans, se sentant indépendant,
prit, plus tard, la décision de réaliser son rêve d’apprendre, enfin, le Coran laissant tout derrière lui. Il alla dans une localité dénommé Niéry situé à l’est de Rayet, sa localité natale. Il rencontra le maître coranique et lui expliqua qu’il était venu apprendre le Livre saint. Ce dernier lui demanda comment, vu son âge, il comptait apprendre le Coran au milieu de petits talibés. Il lui expliqua la situation qu’il avait traversé. Le marabout compris et l’accepta parmi ses talibés. Mais un problème se posa vite. Toutes les ardoises étaient remplies. Aucune n’était libre. Il prit de ce pas une hache, alla en brousse et se confectionna une ardoise sur laquelle il put apprendre ses cours coraniques. Un épisode qui montre toute la volonté, la détermination dont il a fait preuve durant toute sa vie et qui ne laissent pas indifférents ses descendants.

Mame Amadou Fall a vu en rêve Seydina Limamou (psl) pendant 10 ans.

Ce sont, d’ailleurs, ces qualités qui lui ont permis de dispenser, au bout de deux ans, des cours à des élèves du Daara. Il en profita pour approfondir ses connaissances. Et n’hésitant pas à aller à la rencontre d’érudits pour apprendre, encore et davantage, et partant, se former. Il accumula ainsi beaucoup de connaissances, alla même au Mali et dans d’autres lointaines localités, continua dans cette lancée jusqu’à ce qu’il entende parler de la meilleure des créatures (psl).

Mais Seydina Limamou, il l’avait déjà vu en rêve 10 ans auparavant. Et à plusieurs reprises. Sans pour autant connaître son nom, il le voyait toujours portant des habits blancs avec sa bouilloire en train de tondre un mouton blanc au cou duquel pendait une amulette rouge.

Quand il entendit parler de Seydina Limamou Lahi (psl), il partit à sa rencontre comme il faisait pour tout érudit dont il entendait le nom. Il arriva, ainsi, à Yoff. Sur place, il se dirigea vers une case où se trouvait le saint homme. Il frappa. Un compagnon de l’Imam ouvrit la porte. Amadou Fall lui dit qu’il était venu rendre visite à Seydina Limamou. L’homme retourna dans la case rendre compte. Seydina Limamou lui demanda comment était celui qui venait lui rendre visite. “Petit de taille et de teint noir”, répondit-il. « Il est petit de taille mais sa dimension dépasse l’entendement. Qu’il vienne », ordonna Seydina Limamou. Quand il entra, Amadou Fall fut surpris. il vit Seydina Limamou Lahi (psl) comme il le voyait en rêve. Ils échangèrent pendant un bon bout de temps. Au moment de se quitter, chacun remit des cadeaux à son vis-à-vis.

Mame Amadou Fall retourna auprès des siens, leur parla de Seydina Limamou (psl) et de son désir de retourner s’implanter auprès de lui. Sa famille refusa. « Si tu pars avec toutes les connaissances coraniques et mystiques que tu as, qu’allons-nous devenir ? », lui demandèrent-ils. Il fut ainsi devant un véritable dilemme. Ce n’est que plus tard qu’il put quitter les siens pour venir s’implanter avec ses troupeaux à Malika. Il faisait même la navette entre Rayet et le village de Malika.

Dans la localité, on garde toujours le souvenir de Mame Amadou Fall Pathé Sow Sakaya à qui le Messie Seydina Issa Rouhou Lahi (psl) rendait souvent visite.

A son décès en 1949, Mame Seydi a envoyé Seydina Mandione effectuer la prière mortuaire sur le défunt.

Sélou Laye BA

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non