DOCUMENT

PRESENTATION DU LIVRE DU DR MAME LIBASSE LAHI : Le bon sens et l’orgueil face aux miracles de Dieu

today2 juillet 2023 491 3

Arrière-plan
share close

Présentation du livre

Seydina Limamou Lahi al-Mahdi (psl) est l’objectif vers lequel doivent se diriger les hommes et les djinns. Les chemins qui mènent vers lui doivent être facilités et diversifiés. Les langues et dialectes par lesquelles s’expriment les différentes communautés sont toutes des chemins qui peuvent faciliter l’acheminement vers lui. C’est la raison pour laquelle, après avoir publié mes livres Océan de lumières Seydina Limamou Lahi al-Mahdi (psl) ainsi que Le bon sens et l’orgueil face aux miracles de Dieu, je me suis donné comme sacerdoce de les faire traduire dans différentes langues, afin de contribuer à la démultiplication et à la diversification de ces voies.

La finalité de ces livres peut se résumer en quatre points :

Le premier est de rappeler qu’un prophète dispose toujours d’une preuve. En effet, envoyer un messager aux créatures sans leur donner les moyens de le reconnaître serait une injustice, or le Seigneur est un Maître Juste et Equitable. Ce premier point est loin d’être anodin, car indique que chaque individu rationnel dispose de la capacité de distinguer le vrai prophète du faux : en effet, il reconnaîtra le vrai par sa capacité à fournir une preuve et le faux par son incapacité à en fournir une. Lorsque Seydina Limamou Lahi al-Mahdi a annoncé être le prophète Muhammad (psl) revenu pour une seconde mission, ce qui aurait dû être fait, c’était de lui réclamer une preuve, rien d’autre. Ce ne devait pas être de lui dire que l’apparition d’un prophète était impossible. Ce ne devait pas être non plus de s’étonner de n’avoir pas été avisé par le Coran, la Sunna ou par les écrits des savants, de la survenue d’un tel événement. Les querelles de ce genre, montées de toutes pièces autour de sa mission, semblent révéler l’ignorance d’une grande partie des musulmans, de la place prépondérante occupée par la preuve au sein d’une mission prophétique. Elles pourraient aussi être des tentatives de dissuasion motivées justement par la volonté de détourner l’attention sur l’importance de la preuve. La meilleure manière de vérifier qu’un individu a la licence, la maîtrise ou le doctorat, c’est de lui en réclamer la preuve et non de lui demander où est-ce que cela a-t-il été prédit. Le proverbe latin dit :

« Affirmanti incumbit probation. »

« La charge de la preuve incombe à celui qui déclare l’existence d’un fait. »

Si l’on sait qu’un diplôme ou une attestation sont les preuves de celui qui prétend être titulaire d’une licence ou d’une maîtrise, on devrait aussi savoir que ce qui sert de preuve à un prophète c’est le miracle. Une fois qu’il est attesté que l’individu qui s’est déclaré prophète a présenté cette preuve, logiquement, aucune polémique ne devrait subsister. Dieu dit :

أَلَمْ يَأْتِكُمْ نَبَأُ الَّذِينَ مِن قَبْلِكُمْ قَوْمِ نُوحٍ وَعَادٍ وَثَمُودَ ۛ وَالَّذِينَ مِن بَعْدِهِمْ ۛ لَا يَعْلَمُهُمْ إِلَّا اللَّهُ ۚ جَاءَتْهُمْ رُسُلُهُم بِالْبَيِّنَاتِ

« Ne leur est-il pas parvenu l’histoire de ceux qui les ont précédés : le peuple de Nûh (Noé), des ‘Ad et des Thamud, ainsi que ceux qui ont vécu après eux, et dont Allah est le seul à (tous) les connaître ? Leurs messagers leur ont apporté les preuves. »

Ce verset témoigne d’une part, qu’il existe des prophètes qui ne sont mentionnés ni dans le Coran ni dans la sunna encore moins dans les livres des savants, et d’autre part qu’ils disposent tous, sans exception, de preuves.

Le deuxième point est de désigner la nature de ces preuves de Dieu. En effet, en se référant à plusieurs passages du Coran, nous avons démontré que ces preuves sont les miracles. Cette démonstration  n’a pas été difficile car le nombre de passages qui indiquent la synonymie entre les deux mots est pléthorique. Nous avons choisi, parmi les plus manifestes, ceux qui suivent :

وَإِلَىٰ ثَمُودَ أَخَاهُمْ صَالِحًا قَالَ يَا قَوْمِ اعْبُدُوا اللَّهَ مَا لَكُم مِّنْ إِلَٰهٍ غَيْرُهُ قَدْ جَاءَتْكُم بَيِّنَةٌ مِّن رَّبِّكُمْ هَٰذِهِ نَاقَةُ اللَّهِ لَكُمْ آيَةً[1]

« Et aux Thamûd, (Nous envoyâmes) leur frère Sâlih qui leur dit : « Ô mon peuple, adorez Allah. Vous n’avez pas d’autre divinité que Lui. Certes, une preuve vous est venue de la part de votre Seigneur : voici la chamelle d’Allah, que je vous présente comme miracle[2]. »

Nous remarquons, ci-dessous, le prophète Issa (psl) insister sur les miracles qu’il a apportés afin de démontrer son statut d’envoyé de Dieu.

أَنِّي قَدْ جِئْتُكُم بِآيَةٍ مِّن رَّبِّكُمْ أَنِّي أَخْلُقُ لَكُم مِّنَ الطِّينِ كَهَيْئَةِ الطَّيْرِ فَأَنفُخُ فِيهِ فَيَكُونُ طَيْرًا بِإِذْنِ اللَّهِ وَأُبْرِئُ الْأَكْمَهَ وَالْأَبْرَصَ وَأُحْيِي الْمَوْتَىٰ بِإِذْنِ اللَّهِ وَأُنَبِّئُكُم بِمَا تَأْكُلُونَ وَمَا تَدَّخِرُونَ فِي بُيُوتِكُمْ إِنَّ فِي ذَٰلِكَ لَآيَةً لَّكُمْ إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ[3]

« Je vous apporte un miracle de la part de votre Seigneur. Je vous fabrique un oiseau avec de l’argile, puis je souffle dessus et il devient un oiseau (réel) par la permission d’Allah. Et je guéris l’aveugle-né et le lépreux, et ressuscite les morts, par la permission d’Allah. Et je vous dis ce que vous mangez et ce que vous conservez dans vos demeures. Voilà bien un miracle, pour vous, si vous êtes des Accepteurs ! »

Dans le verset qui suit, c’est Dieu lui-même qui établit la synonymie entre « preuve » et « miracle » lorsqu’Il dit :

أَوَلَمْ يَسِيرُوا فِي الْأَرْضِ فَيَنظُرُوا كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الَّذِينَ مِن قَبْلِهِمْ كَانُوا أَشَدَّ مِنْهُمْ قُوَّةً وَأَثَارُوا الْأَرْضَ وَعَمَرُوهَا أَكْثَرَ مِمَّا عَمَرُوهَا وَجَاءَتْهُمْ رُسُلُهُم بِالْبَيِّنَاتِ فَمَا كَانَ اللَّهُ لِيَظْلِمَهُمْ وَلَٰكِن كَانُوا أَنفُسَهُمْ يَظْلِمُونَ (9) ثُمَّ كَانَ عَاقِبَةَ الَّذِينَ أَسَاءُوا السُّوأَىٰ أَن كَذَّبُوا بِآيَاتِ اللَّهِ وَكَانُوا بِهَا يَسْتَهْزِئُونَ[4]

« N’ont-ils pas parcouru la terre pour observer ce dont il est advenu à leurs prédécesseurs ? Ils étaient plus puissants qu’eux, ils avaient labouré et peuplé la terre bien plus qu’ils ne l’ont fait eux-mêmes puis leurs messagers leur vinrent apportant avec eux les preuves. Ce n’était pas à Allah de leur faire du tort, mais ils se sont faits du tort eux-mêmes. Puis ceux qui faisaient le mal ont fini par traiter de mensonges les miracles d’Allah et les ridiculisaient. »

Le troisième point est de donner la définition du miracle. Est miracle de Dieu tout ce qui est réel. Etant à l’origine de toute la création, Dieu s’attribue de plein droit tout ce qui existe en le dénommant âyat Allah. Nous entendons les Iraniens appeler leurs guides âyat Allah. En réalité, chaque être vivant est un âyat Allah, que ce soit les humains, les animaux, les vents, les mers, les forêts, la neige etc. Nous sommes tous des êtres de Dieu.

Parmi les versets qui démontrent que le réel est synonyme de miracle, il y a les suivants :

 ثُمَّ بَعَثْنَا مِن بَعْدِهِم مُّوسَىٰ وَهَارُونَ إِلَىٰ فِرْعَوْنَ وَمَلَئِهِ بِآيَاتِنَا فَاسْتَكْبَرُوا وَكَانُوا قَوْمًا مُّجْرِمِينَ (75) فَلَمَّا جَاءَهُمُ الْحَقُّ مِنْ عِندِنَا قَالُوا إِنَّ هَٰذَا لَسِحْرٌ مُّبِينٌ (76) قَالَ مُوسَىٰ أَتَقُولُونَ لِلْحَقِّ لَمَّا جَاءَكُمْ أَسِحْرٌ هَٰذَا وَلَا يُفْلِحُ السَّاحِرُون[5]

« Ensuite, Nous envoyâmes après eux Musa et Harun, munis de Nos miracles auprès de Fir’awn et ses notables. Ils s’enflèrent d’orgueil, ils étaient un peuple qui commettaient des crimes. Et lorsque le réel leur vint de Notre part, ils dirent: « Voici certes, une magie manifeste ! » Moïse (leur) répondit : ‘’Dites-vous du réel, lorsqu’il vous vient, que c’est de la magie, alors que (vous savez que) les magiciens ne peuvent le produire ?‘’ »

A l’image de leurs prédécesseurs, Moussa et Harûn se sont rendus auprès du pharaon pour lui transmettre le message de Dieu, amenant avec eux des preuves. Celles-ci avaient la particularité d’être des phénomènes réels admis par tous comme étant au-delà de toute capacité humaine, hormis pour le pharaon et ses partisans qui, par orgueil, les méprisaient et les qualifiaient de tours de magie. Que ne fut grande la surprise de Moussa lorsqu’il entendit leur subterfuge !

Une fois la définition du miracle faîte, nous n’avons pas éprouvé de peine pour démontrer dans le quatrième et dernier point, qu’être monothéiste c’est admettre que l’individu qui se présente en tant qu’envoyé de Dieu et parvient à produire le réel est manifestement un envoyé du Seigneur. Le bon sens ne peut pas contredire le réel. A l’opposé, accuser cet individu de menteur constitue de l’associationnisme. Ce serait prétendre l’existence d’un autre créateur que Dieu. C’est du non-sens germé par une blessure de l’orgueil. En effet, l’ego apparaît comme l’unique raison pouvant conduire au rejet du réel comme cela est mentionné dans le Coran :

سَأَصْرِفُ عَنْ آيَاتِيَ الَّذِينَ يَتَكَبَّرُونَ فِي الْأَرْضِ بِغَيْرِ الْحَقِّ وَإِن يَرَوْا كُلَّ آيَةٍ لَّا يُؤْمِنُوا بِهَا وَإِن يَرَوْا سَبِيلَ الرُّشْدِ لَا يَتَّخِذُوهُ سَبِيلًا وَإِن يَرَوْا سَبِيلَ الْغَيِّ يَتَّخِذُوهُ سَبِيلًا ذَٰلِكَ بِأَنَّهُمْ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَكَانُوا عَنْهَا غَافِلِينَ[6]

« Je détournerai de Mes miracles ceux qui, à tort, s’enflent d’orgueil sur terre. S’ils voient tous les miracles, ils ne les accepteront pas. S’ils voient le chemin de la raison, ils ne la considéreront pas comme un chemin, et s’ils voient le chemin de la déraison, ils la considéreront comme un chemin. La cause à cela est qu’ils traitent de mensonges Nos Miracles et sont négligents à leur égard. »

Assister à la fente de la lune sans pouvoir accepter que c’est le Créateur de cet astre qui est à l’origine de ce fait, c’est absurde. C’est une mauvaise foi qui révèle le refus d’admettre une réalité dérangeante. C’est ce qui apparaît en effet à travers la sourate intitulée al-Qamar :

اقْتَرَبَتِ السَّاعَةُ وَانشَقَّ الْقَمَرُ (1) وَإِن يَرَوْا آيَةً يُعْرِضُوا وَيَقُولُوا سِحْرٌ مُّسْتَمِرٌّ(2) وَكَذَّبُوا وَاتَّبَعُوا أَهْوَاءَهُمْ ۚ وَكُلُّ أَمْرٍ مُّسْتَقِرٌّ (3) وَلَقَدْ جَاءَهُم مِّنَ الْأَنبَاءِ مَا فِيهِ مُزْدَجَرٌ (4) حِكْمَةٌ بَالِغَةٌ فَمَا تُغْنِ النُّذُرُ[7]

« L’Heure est proche et la Lune s’est fendue. Mais s’ils voient un miracle, ils s’en détournent et disent : ‘’(Voici) Une magie persistante.’’ Ils ont pourtant reçu des informations qui devaient les dissuader d’avoir un telle attitude; La sagesse parfaite à retenir de cet évènement est que les messagers (et les miracles) ne servent à rien au Refuseur. »

La présentation d’une preuve ne peut rien face à la ténacité de celui qui décide de s’enfermer dans le déni. Assister au recul de la mer, témoigner de sa non transgression de la limite que lui avait fixée Seydina Limamou Lahi al-Mahdi (psl) et prétendre malgré tout que le Créateur de cette étendue d’eau n’est pas à l’origine de ces faits, est une démarche incompréhensible. C’est afficher son désaccord avec la volonté divine. La réfutation d’une réalité ne peut pas résister à la force de l’observation et de l’expérience. En revanche, l’entêtement le peut fort bien. Dieu ne dit-il pas dans le Coran :

فَإِنَّهَا لَا تَعْمَى الْأَبْصَارُ وَلَٰكِن تَعْمَى الْقُلُوبُ الَّتِي فِي الصُّدُورِ

Ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, mais ce sont les cœurs renfermés dans les poitrines qui s’aveuglent.

Il s’impose à tout un chacun de choisir entre suivre le réel ou suivre ses opinions et convictions. Au terme de nos recherches, nous sommes convaincus, jusqu’à preuve du contraire, que le paradis est une demeure réservée à ceux qui suivent le bon sens et l’enfer une réservée à ceux qui, par orgueil, restent insensibles au pouvoir du réel.

وَلَقَدْ ذَرَأْنَا لِجَهَنَّمَ كَثِيرًا مِّنَ الْجِنِّ وَالْإِنسِ لَهُمْ قُلُوبٌ لَّا يَفْقَهُونَ بِهَا وَلَهُمْ أَعْيُنٌ لَّا يُبْصِرُونَ بِهَا وَلَهُمْ آذَانٌ لَّا يَسْمَعُونَ بِهَا أُولَٰئِكَ كَالْأَنْعَامِ بَلْ هُمْ أَضَلُّ أُولَٰئِكَ هُمُ الْغَافِلُونَ[8]

« Nous avons destiné beaucoup de djinns et d’hommes pour l’Enfer. Ils ont une intelligence, mais ne s’en servent pas pour réfléchir. Ils ont des yeux, mais ne regardent pas avec. Ils ont des oreilles, mais n’écoutent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, ils sont même encore plus égarés. Ils sont les négligents. »

Le défi à relever par ceux qui rejettent les preuves apportées par Seydina Limamou Lahi al-Mahdi (psl) est de désigner le ou les autres acteurs qu’ils croient lui avoir fourni celles-ci. Tout miracle, tout réel, toute preuve apportée par un prophète est un défi adressé à ceux qui rejettent sa mission.

الْحَقُّ مِن رَّبِّكُمْ فَمَن شَاءَ فَلْيُؤْمِن وَمَن شَاءَ فَلْيَكْفُرْ

Le réel vient de votre Seigneur, que celui qui veut l’accepter l’accepte, que celui qui veut le refuser le refuse.

Mesdames, messieurs, chers frères et sœurs, c’est pour moi un grand honneur d’être ici, en ce jour, devant vous, afin de vous présenter Le bon sens et l’orgueil face aux miracles de Dieu ainsi que ses traductions (anglaise et espagnole) espérant qu’ils permettent de distinguer le vrai du faux dans cette mission de la fin des temps.

 

Nous rendons grâce au Créateur de nous avoir guidés vers l’acceptation des preuves qui attestent d’une part de Son Unicité, et d’autre part de la véracité de la mission de Seydina Limamou Lahi al-Mahdi. Que la paix et le salut soient sur lui, sa famille, ses compagnons et toute sa communauté.

Dr Mame Libasse Lahi
Ibn Chérif Mouhamadou Lamine Lahi

[1] S. 7, V. 73.

[2] C’est le miracle de l’avènement de la chamelle qui est désigné. Elle serait sortie d’une roche.

[3] S. 3, V. 49.

[4] S. 30, V. 9-10.

[5] S. 10, V. 77.

[6] S. 7, V. 146.

[7] S. 54, V. 1-2.

[8] S. 7, V. 179.

Voici quelques images de la cérémonie de présentation du livre. Cérémonie organisée le dimanche 02 février 2023 à Yoff Layène.

[rl_gallery id= »15925″]

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non