CHRONIQUES

TRIBUNE DU VENDREDI N°115 : LA QUÊTE EFFRÉNÉE DU POUVOIR, ENTRE LEURRE ET LUEUR

today5 mai 2023 83

Arrière-plan
share close

La quête effrénée du pouvoir, entre leurre et lueur

De nos jours, les gens donneraient tout ce qu’ils ont pour occuper une responsabilité que ce soit dans l’administration publique, le privé ou dans les cercles religieux. D’autres encore, moins sage et plus inconscients sont alors aux anges quand ils se voient confiés une responsabilité, élus à un nouveau poste. Or, la responsabilité est la plus grande et dangereuse des épreuves auxquelles Allah soumet son sujet.

En effet, comme le rapporte un célèbre hadith

كلّكم راع وكلّ راع مسئول عن رعيّته

Autrement dit chacun de vous est un berger (responsable) et chaque berger sera interrogé sur comment il a gardé ce qui était placé sous sa responsabilité (comment il a géré ce qui lui a été confié).

C’est ce que le Saint-Maître Seydina Limamou Lahi (asws) confirme de manière plus détaillée encore dans cet extrait de son premier sermon :

والإمام الأعظم يسأل عن بلده، والقاضي يسأل عن قضائه، وكيف قضى، وصاحب القرية يسأل عن حال قريته، و صاحب الدّار يسأل عن حال داره، و صاحب البيت يسأل عن حال بيته، والمرأة تسأل عن بيت زوجها، وفراشها، والعبد يسأل عن مال سيّده، و كيف حفظه، و كذالك الأعضاء تشهد أصحابها ممّا كانوا يفعلون.

Allah interrogera chacun de ses sujets sans exception sur la chose qui lui a été confiée à savoir l’administration d’un territoire (pays, royaume, région, commune, village, etc), ou un jugement (procès au tribunal / au cadi), ou l’imâmat (la condition d’imam chargé d’enseigner la religion) confié aux guides religieux (khalifs, imams, érudits, prêcheurs, etc.), ou la famille (époux/épouse, enfants, etc.), voire l’utilisation que nous faisions de chacun des membres de notre corps. De même l’employeur sera questionné sur ses relations avec son employé comme ce dernier aussi sera à son tour interrogé sur comment il a accompli son devoir vis à vis du premier. Chacun devra justifier l’utilisation et du pouvoir qui lui a été confié et de l’argent ou des moyens sous sa responsabilité. Ce sera alors l’occasion pour Allah le Souverain Juste de vérifier si le responsable était juste et équitable autant envers ses partisans qu’envers ceux qui n’étaient pas de son camp dans la gestion de ce qui lui a été confié (les biens et moyens publics). Et aucune forme d’injustice, d’iniquité ou de favoritisme ne sera pardonnée. Et ce jour-là tous les membres de notre corps aussi témoigneront contre nous comme le décrit ces versets :

(ٱلۡیَوۡمَ نَخۡتِمُ عَلَىٰۤ أَفۡوَ ٰ⁠هِهِمۡ وَتُكَلِّمُنَاۤ أَیۡدِیهِمۡ وَتَشۡهَدُ أَرۡجُلُهُم بِمَا كَانُوا۟ یَكۡسِبُونَ)
[Sourate Ya-Seen 65]

Ce jour-là, Nous scellerons leurs bouches, tandis que leurs mains Nous parleront et que leurs jambes témoigneront de ce qu’ils avaient accompli.

(وَقَالُوا۟ لِجُلُودِهِمۡ لِمَ شَهِدتُّمۡ عَلَیۡنَاۖ قَالُوۤا۟ أَنطَقَنَا ٱللَّهُ ٱلَّذِیۤ أَنطَقَ كُلَّ شَیۡءࣲۚ وَهُوَ خَلَقَكُمۡ أَوَّلَ مَرَّةࣲ وَإِلَیۡهِ تُرۡجَعُونَ)
[Sourate Fussilat 21]

Ils diront à leurs peaux : “Pourquoi avez-vous témoigné contre nous ?” Elles diront : “C’est Allah qui nous a fait parler, Lui qui fait parler toute chose. C’est Lui qui vous a créés une première fois et c’est vers Lui que vous serez retournés.”
Or, ce jour-là, c’est

(یَوۡمَ لَا تَمۡلِكُ نَفۡسࣱ لِّنَفۡسࣲ شَیۡـࣰٔاۖ وَٱلۡأَمۡرُ یَوۡمَىِٕذࣲ لِّلَّهِ)

« Le jour où aucune âme ne pourra rien en faveur d’une autre âme. Et ce jour-là, le [véritable] commandement sera à Allah. » [Sourate Al-Infitar 19]

C’est sans doute pour cela que les autres créatures d’Allah, sans doute plus avisés que les humains, ont catégoriquement refusé de porter la « responsabilité » comme Allah nous le rappelle bien dans ce verset :
« Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité [de porter les charges de faire le bien et d’éviter le mal]. Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l’homme s’en est chargé ; car il est injuste (envers lui-même] et très ignorant.» [Al Ahzab, 72].

Aujourd’hui, pour une candidature pourtant hypothétique à l’élection présidentielles de 2024 – hypothétique dans la mesure où pour l’un, une grande partie de l’opinion accuse de vouloir briguer un troisième mandat « inacceptable » (cas Macky) et pour l’autre camp la majorité de ses candidats potentiels (Ousmane Sonko, Khalifa Sall, Karim Wade, etc.) ont maille à partir avec dame justice – pouvoir comme opposition semblent être prêts à tout pour arriver à leurs fins quitte à embraser notre chère nation. S’il en est ainsi c’est parce que les politiques semblent mieux intéressés par les avantages et les senteurs du pouvoir que par le quotidien et les intérêts du bas peuple.

Obnubilés par le loisir de pouvoir nommer qui on veut au civil comme dans l’armée, ou encore d’être le Chef supérieur des Forces armées nationales et de jouir de la toute puissance militaire ou d’être le Gardien de la Constitution, les politiques sont très motivés pour briguer un mandat présidentiel malgré les mises en gardes du Tout-Puissant. Or, ce que ces gens-là ignorent est qu’une fois élu au poste de président de la république ils sont entièrement responsables de toute leur gestion, mais sont aussi autant comptables de celle, de ceux qu’ils ont nommés aux différents postes administratifs. Aussi, toute faute commise dans l’exercice de leur fonction par ceux qu’ils ont nommés à ces postes leur sera-t-il imputable. Ainsi, les exactions commises par les fonctionnaires dans l’exercice de leur fonction, les bavures policières, les négligences ayant conduit à des pertes de vies humaines dans les hôpitaux ou les routes sont sous la responsabilité de Son excellence. Alors le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

C’est pourquoi le Saint-Maître des Ahloulahi, “Yaakaari Jaam Ñi” Seydina Limamou Lahi (asws) – qui est allé là où personne n’est jamais allé, qui y a rencontré Celui (Allah) que personne d’autre n’a encore jamais rencontré véritablement et qui a été informé de ce que tout le monde ignore réellement – Seydina Limamou Lahi (asws) dans son immense sagesse nous recommandait avec insistance de ne pas nous agripper à ce monde ni à tout ce qu’il contient en terme de jouissances (pouvoir, avoirs, biens, femmes, enfants, etc.).

Alors très chers frères et sœurs en l’islam, plus particulièrement les potentiels futurs candidats à l’élection présidentielle de 2024, nous vous invitons tous à penser à ce jour où tout président de la république et tout monarque sera présentés au Seigneur pour qu’Il règle les comptes entre eux et leurs administrés et sujets. Et ce jour, le chômeur pourra leur reprocher de ne pas avoir créé les conditions favorisant l’emploi ou l’entreprenariat, les malades de leur côté leur reprocherons de ne pas avoir facilité l’accès de tous à des soins médicaux. Et d’autres encore leur reprocherons de ne pas avoir promu la méritocratie au détriment du népotisme et des nominations à la “yaa ma neex”.

“Ku xam responsabilité ak limu ëmbë doo ko xëccoo”.

 

Par Chérif Alassane Lahi Diop “Sibt Sâhibou Zamâne”,
Analyste politique et économique,
Expert en Commerce et Management des Affaires Internationales,
Secrétaire Général de Vision 129.

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non