ACTUALITES

SEYDINA ABABACAR LAHI ET SA PARTICIPATION ACTIVE A LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE (1914 / 1918)

today7 janvier 2023 91 4

Arrière-plan
share close

Seydina Ababacar Lahi et sa participation active à la première guerre mondiale (1914 / 1918)

Voici sur ces lignes qui suivent quelques faits miraculeux de la 1ère guerre mondiale réalisé par Seydina Ababacar Laye, fils de Seydina Limamou Laye Al Mahdi Al Mountazar (PSL)

En 1914, pour les besoins de la 1ère guerre mondiale, l’autorité coloniale française envisagea d’engager des personnes dans leurs colonies. Pour l’initiative, ils sollicitent d’abord les familles religieuses pour qu’elles leurs fils aînés à l’effort de guerre.

C’était ainsi que Tivaouane envoya Serigne Ahmed Sy, fils aîné de Seydi Hadj Malick Sy. Et Serigne Fallou Fall fut envoyé par Touba. Ainsi que les autres foyers religieux aussi, dépêchèrent un membre parmi eux.

Pour la Communauté Layène et la famille du Mahdi, Seydina Ababacar par amour, soumission et autres à Dieu et à son père l’Imam Al Mahdi (PSL) et pour un respect et considération pour ses grands frères Seydina Issa Rouhou Laye et Seydina Mandione Laye, se porta volontaire à leur place pour répondre à l’appel des colons pour participer à la 1ère guerre mondiale 14/18.

Ce fut une guerre mondiale durant laquelle, Bàboul Ouloum, Seydina Ababacar Lahi réalisa une multitude de miracles par la puissance de Dieu racontés jusqu’à nos jours par les familles des anciens tirailleurs… Il y joua un rôle particulièrement important par la grâce de Dieu le Tout-Puissant. À travers plusieurs faits miraculeux, extraordinaires ou tout simplement hors du commun, il attira l’attention et l’estime. D’ailleurs même cette guerre, Seydina Ababacar Laye l’avait aussi fait avec Ngalandou Diouf, ce qui provoquera leur future amitié après leur retour au Sénégal.

Tous les faits miraculeux sont racontés par ses compagnons

et leurs descendants jusqu’à nos jours.

Parmi ces faits miraculeux hors du commun, on peut citer ceux-ci :

Un jour, alors que Seydi Ababacar Lahi et ses camarades de bataillon étaient coincés par les allemands à la limite d’un fleuve sur le front de guerre, ainsi pour échapper à cette embuscade sains et saufs, ils sollicitèrent Seydina Ababacar car étant leur ultime recours et espoir. Le fils du Mahdi leur demanda de fermer les yeux et de se mettre en rang sous forme de colonne et que chacun pose sa main sur l’épaule de son prédécesseur. Lorsqu’il ordonne à ses compagnons d’ouvrir les yeux, ils avaient déjà gagné l’autre côté du fleuve par la permission et la puissance de Dieu.

Et stupéfaits, intrigués, ils ignorèrent tous par quel moyen ce fait s’est réalisé.

Auparavant il les avait avertis de respecter sa consigne qui était de fermer les yeux. Au cas contraire, quiconque qui ne respecterait pas cet ordre, perdrait la vue ou selon une autre version, resterait sur place.

Après être étonnés par tous les miracles et faits hors du commun que réalisait Seydina Ababacar Laye parmi eux et surtout devant leurs yeux, ils finirent tous, par accepter sa suprématie sur eux.

Ceci s’est traduit à plusieurs circonstances et parmi laquelle ce jour de Tabaski pendant la guerre 14/18 et sur demande de ses compagnons de guerre, Seydina Mbaye Lahi dirigea la prière de la fête et le Sermon d’après.

Ce jour de la grande fête, il avait porté des habits dont la beauté étonnait l’assistance. Ainsi après la prière, ces compagnons lui rendirent une visite avec une curiosité démesurée pour savoir l’origine des habits sublimes que le saint homme et l’Imam fils de l’Imam Al Mahdi, avait vêtu. Et sa réponse à la foule curieuse qui était venue à sa rencontre était que : « celui qui les avait amenés les a retournés d’où ils venaient ». Selon une autre version, sa réponse fut : » mon père qui les avait amenés, les a ramenés avec lui ».

 

Tous ces faits miraculeux expliquent l’attention, la sympathie, l’admiration et la considération qu’il acquiert durant son séjour en Europe. Il fut entouré de tous les égards par ses compagnons dont Ngalandou Diouf qui ne manquait aucune occasion pour lui manifester son amitié. « Babacar est notre marabout et sa présence nous rassure » disait Ngalandou Diouf.

Toujours durant la première guerre mondiale, il est rapporté également qu’un jour, les sous-marins allemands avaient tenté un piège pour faire couler le bateau qui avait en son sein Seydina Ababacar. Par la puissance de Dieu, le fils Mahdi souleva le bateau avec sa main pour faire éviter un naufrage du bateau dans lequel il est à l’intérieur lui-même. Ce fait et les autres dépassent l’entendement et le raisonnement humain.

À la fin de la 1ere guerre, il revint au Sénégal sain et sauf après sa mission mondiale et après avoir bien rempli sa mission de sauveur, de guide, d’éclaireur, de sage…

Salàtou ak salam enlà Ababacar boun Limam.

Cherif Abdourahmane Laye
Petit-fils de Seydina Limamou Laye Al Mahdi Al Mountazar (PSL)

 

Écrit par: soodaan3

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non