CHRONIQUES

TRIBUNE DU VENDREDI N°04 : Quand Youssou Ndour chante faux

today27 novembre 2020 42 5

Arrière-plan
share close

Pourquoi Seydina Limamou Lahi (psl) n’a jamais chanté le prophète Mouhammad

Pour le 4e numéro de notre TRIBUNE DU VENDREDI, nous apportons des éclaircissements en guise de réplique au chanteur Youssou Ndour qui, dans une récente composition musicale, a maladroitement feint d’ignorer ce que représente le saint-maitre Seydina Limamou Lahi (asws) pour nous autres Ahloulahi (les Partisans d’Allah).

Seydina Limamou Lahi dès l’entame de sa mission avait prononcé de sa sainte bouche le dimanche 1er Sha’ban de l’an 1301 de l’hégire :

“Màna woon démbë, màna tay.”

Pour dire qu’il était autrefois le messager d’Allah Seydina Mouhamad (asws) envoyé en Arabie, et qu’il est réapparu dans une seconde mission sous la peau noire en tant que Seydina Limamou Lahi (asws), déformation de “Al Imâmi Lâhi” qui signifie littéralement “l’Imam d’Allah”. Et toute sa vie durant, il a maintenu ce propos et l’a encore réaffirmé au moment de quitter ce Bas-Monde, en 1909. Alors comment une personne perdrait-il le temps à vanter lui-même son rang et son mérite là où plusieurs milliers de talentueux et éloquents poètes et autres auteurs de renom dans le monde toutes races, toutes époques confondues – dont l’espagnol Ibn Arabi, Al Busseyri, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine, George Bernard Shaw, Mahatma Gandhi, etc. – chantent tout volontairement sa louange ?

Pourtant Allah s’est voulu très clair pour régler définitivement cette question dans la sourate Ya-Seen :

(وَمَا عَلَّمۡنَـٰهُ ٱلشِّعۡرَ وَمَا یَنۢبَغِی لَهُۥۤۚ إِنۡ هُوَ إِلَّا ذِكۡرࣱ وَقُرۡءَانࣱ مُّبِینࣱ)

« Nous ne lui (à Mohammed) avons pas enseigné la poésie ; cela ne lui convient pas non plus. Ceci n’est qu’un rappel et une Lecture [Coran] claire. » [Sourate Ya-Seen 69].

Aussi, comprendrez-vous aisément qu’il ne sied pas à Seydina Mouhamad/Seydina Limamou Lahi (asws) de s’adonner à la poésie, car lui, Yaakaari Jaam Ñi, en tout cas, ne doit chanter les louanges de personne d’autre si ce n’est celles de Son Créateur ! Et c’est pourquoi tout ce qu’il a laissé comme héritage poétique (si nous pouvons l’appeler ainsi) se résume à rappeler la gloire du Très-Haut à travers la formule de l’unicité matérialisant la profession de foi :

Laa ilaaha illaa Allah

Laa ilaaha illaa Allah

Laa ilaaha illaa Allah

Laa ilaaha illaa Allah

Laa ilaaha illaa Allah 

Laa ilaaha illaa Allah 

Seydinaa Rassuulu Laahi

Laa ilaaha illaa Allah 

Allaahu Allah

Allaahu Rabbii

Muhamadu Nabii

Laa ilaaha illaa Allah

Zil Mulki Buur la

Jabbaaru Ta’anlaa

Mooy Buuru jaam ñi

Laa ilaaha illaa Allah 

Tagga leen Jaliilu

Bakka leen Jaliilu

Rabbul Jaliilu

Laa ilaaha illaa Allah 

Ou encore :

Kenn du Buur Yàllaay Buur

Laa ilaaha illaa Allah

Mulku Laahi Jaliilu

Laa ilaaha illaa Allah

Rabbanâ Jaliilu

Laa ilaaha illaa Allah

Pour clore ce chapitre, nous rappelons juste que là où la poésie islamique a exposé une rivalité d’ardeur positive entre les auteurs islamiques pour être le meilleur dans la noble mission de chanter la gloire du meilleur des hommes, Seydina Limamou Lahi (asws), de son côté, se contentait d’être le meilleur Serviteur d’Allah :

« Tout ce que je vous ordonne de faire dans l’accomplissement du bien par les différents membres du corps humain ou par la langue (la parole), je suis devant vous de telle sorte que vous ne le ferez jamais autant que moi [a fortiori mieux que moi] s’il plaît à Dieu ».

Par ailleurs, le poète wolof Libasse Niang (rta) nous renseignait à propos du saint-maitre (asws) :

Jangul bindul gisseesukoo ki tééré 

Xamxam ba ca ab dënnëm xajul ciy tééré 

Et Mamadou Laye Ndir allait plus loin en rajoutant :

Xamxam ba moo raw ña dem ca daaraa

Maasso wul ak ñoom

Xayartu Baay Laahi

Nous rappelons cette sagesse de Mamadou Laye Ndir adressée aux pseudo “aveugles qui ne veulent pas voir” la grâce d’Allah accordée au peuple noir (Seydina Limamou Lahi) :

Soo yaboo na nga gëm soo yaboo nga weddi Limaamu

Rabbi nee ku fi coontàr ndawam du naani ca Tuubee

Al xamdu lilaa

Sans oublier que le grand érudit El Hadji Mouhamadou Sakhir Gaye Al Yeumbeuliyou conseillait :

Bul di gessu ci waa ja gëlëm ba di gaaraal Seydi Limaam

Loolu moo di tooké ca moom ju di jëm Xiyaamati

En définitive, il faut savoir que Seydina Limamou Lahi (anleyhi salaatou wassalaam) n’a jamais chanté le prophète Mouhammad (asws) pour la simple raison qu’il a lui-même déclaré depuis 1884 être la réincarnation (en chair et en os) du Prophète arabe ! 

Ceci étant dit, Seydina Limamou Lahi (asws) a interdit la musique sous toutes ses formes ! Et son 3ème Khalif, “Sâhibou Zamâne, El Hadji Seydina Issa dit “Baye Seydi Thiaw Lahi Sangoup Jamono” n’a jamais permis qu’un musicien se hasarde à chanter son vénéré grand-père (asws).

Tout le monde est libre de croire ou de ne pas croire en sa mission ! Mais de grâce, ne le mêlez plus, ni lui ni sa sante famille à vos idioties de troubabour !

Chérif Alassane Lahi Diop “Sibt Sâhibou Zamâne”

Secrétaire Général de Vision 129

(Regroupement des Petits-fils de Seydina Limamou Lahi Al Mahdi)

 

Écrit par: soodaan3

Rate it

0%
Restez informé des nouvelles publications en activant les notifications...! OK Non